Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/690

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait une roue près d’un chérubin, et une autre roue près d’un autre. Les roues paraissaient, à les voir, comme une pierre de chrysolithe ;

10 et toutes les quatre paraissaient semblables, comme si une roue était au milieu d’une autre.

11 Lorsqu’elles marchaient, elles marchaient des quatre côtés, et ne se retournaient point en marchant : mais quand celle qui était la première allait d’un côté, les autres suivaient aussitôt sans tourner ailleurs.

12 Le corps des quatre roues, leur cou, leurs mains, leurs ailes et leurs cercles étaient pleins d’yeux tout autour :

13 et il appela ces roues devant moi, les roues légères.

14 Chacun de ces animaux avait quatre faces : la première était celle d’un chérubin, la seconde celle d’un homme, la troisième celle d’un lion, et la quatrième celle d’un aigle.

15 Et les chérubins s’élevèrent en haut. C’étaient les mêmes animaux que j’avais vus près du fleuve de Chobar.

16 Lorsque les chérubins marchaient, les roues marchaient aussi auprès d’eux ; et lorsque les chérubins étendaient leurs ailes pour s’élever de terre, les roues n’y demeuraient point, mais elles se trouvaient auprès d’eux.

17 Elles demeuraient quand ils demeuraient, et elles s’élevaient quand ils s’élevaient, parce que l’esprit de vie était en elles.

18 La gloire du Seigneur sortit ensuite de l’entrée du temple, et elle se plaça sur les chérubins.

19 Et les chérubins étendant leurs ailes en haut, s’élevèrent de terre devant moi ; et lorsqu’ils partirent, les roues les suivirent aussi. Et les chérubins s’arrêtèrent à l’entrée de la porte de la maison du Seigneur du côté de l’orient ; et la gloire du Dieu d’Israël était sur eux.

20 C’étaient les mêmes animaux que j’avais vus au-dessous du Dieu d’Israël près le fleuve de Chobar ; et je reconnus que c’étaient des chérubins.

21 Chacun avait quatre visages et quatre ailes, et il paraissait comme une main d’homme sous leurs ailes.

22 Les faces qui m’y parurent, leur regard et cette impétuosité avec laquelle chacun marchait devant soi, étaient les mêmes que j’avais vus près le fleuve de Chobar.



L’ESPRIT ensuite m’éleva en haut, et me mena à la porte orientale de la maison du Seigneur, qui regarde le soleil levant. Je vis alors à l’entrée de la porte vingt-cinq hommes, et j’aperçus au milieu d’eux Jézonias, fils d’Azur, et Pheltias, fils de Banaïas, princes du peuple.

2 Et le Seigneur me dit : Fils de l’homme, ce sont là ceux qui ont des pensées d’iniquité, et qui forment des desseins pernicieux en cette ville,

3 en disant : Nos maisons ne sont-elles pas bâties depuis longtemps ? Si cette ville est comme la chaudière qui est sur le feu, nous sommes la chair qui doit y demeurer.

4 C’est pourquoi prophétisez sur leur sujet, fils de l’homme, prophétisez.

5 En même temps l’Esprit de Dieu me saisit, et le Seigneur me dit : Parlez : Voici ce que dit le Seigneur : C’est ainsi que vous avez parlé, maison d’Israël, et je connais les pensées de votre cœur.

6 Vous avez tué un grand nombre de personnes dans cette ville, et vous avez rempli ses rues de corps morts.

7 C’est pourquoi, voici ce que dit le Seigneur Dieu : Ceux que vous avez tués, que vous avez étendus morts au milieu de la ville ; ceux-là sont la chair, et la ville est la chaudière : mais pour vous, je vous ferai sortir du milieu de cette ville.

8 Vous craignez l’épée, et je ferai tomber sur vous l’épée, dit le Seigneur Dieu.

9 Je vous chasserai du milieu de cette ville ; je vous livrerai entre les mains des ennemis, et j’exercerai sur vous mes jugements.

10 Vous périrez par l’épée : je vous jugerai dans les confins d’Israël ; et vous saurez que c’est moi qui suis le Seigneur.

11 Cette ville ne sera point une chaudière à votre égard, et vous ne serez point comme la chair au milieu d’elle : mais je vous jugerai dans les confins d’Israël ;

12 et vous saurez que c’est moi qui suis le Seigneur : parce que vous n’avez point marché dans la voie de mes préceptes, et que vous n’avez point observé mes ordonnances, mais que vous vous êtes conduits selon les coutumes des nations qui vous environnent.

13 Comme je prophétisais de cette sorte, Pheltias, fils de Banaïas, mourut. Alors je tombai le visage contre terre, et je criai a haute voix, en disant : Hélas ! hélas ! hélas ! Seigneur Dieu ! vous achevez donc de perdre ce qui reste d’Israël ?

14 Et le Seigneur m’adressa sa parole, et me dit :

15 Fils de l’homme, vos frères, vos frères, dis-je, vos proches, et toute la maison d’Israël, sont tous ceux à qui les habitants de Jérusalem ont dit : Allez-vous-en bien loin du Seigneur ; c’est à nous que la terre a été donnée pour la posséder.

16 C’est pourquoi, voici ce que dit le Seigneur Dieu : Quoique je les aie envoyés si loin parmi les nations, et que je les aie dispersés en divers pays, je ne laisserai pas de sanctifier leur petit nombre dans les pays où ils sont allés.