Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/677

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


était avec leur général, abattit toutes les murailles qui étaient autour de la ville de Jérusalem.

15 Et Nabuzardan, général de l’armée, transféra à Babylone les plus pauvres d’entre le peuple qui étaient demeurés dans la ville, ceux qui étaient allés se rendre au roi de Babylone, et tout le reste du peuple.

16 Il laissa seulement d’entre les plus pauvres du pays les vignerons et les laboureurs.

17 Les Chaldéens brisèrent aussi les colonnes d’airain qui étaient dans la maison du Seigneur, avec leurs bases et la mer d’airain qui était dans la maison du Seigneur, et ils en emportèrent tout l’airain à Babylone.

18 Ils emportèrent aussi les chaudières, les poêles, les instruments de musique, les coupes, les mortiers, tous les vases d’airain qui servaient au ministère du temple.

19 Le général de l’armée prit aussi les vases, les encensoirs, les bassins et les chaudrons, les chandeliers, les mortiers et les tasses, une partie de ces vases étant d’or et l’autre d’argent.

20 Il prit aussi les deux colonnes, la mer et les douze bœufs d’airain qui en faisaient la base, que le roi Salomon avait fait faire dans la maison du Seigneur. Le poids de l’airain de tous ces vases ne pouvait s’estimer.

21 Chacune de ces colonnes avait dix-huit coudées de haut, elle était environnée d’un cordon de douze coudées, elle était épaisse de quatre doigts, et était creuse au dedans.

22 L’une et l’autre de ces colonnes avait son chapiteau d’airain. Le chapiteau de l’une avait cinq coudées de haut, et des rets et des grenades qui le couvraient tout autour ; le tout était d’airain ; et la seconde colonne avait des grenades et tout le reste de même.

23 Quatre-vingt-seize grenades pendaient et se liaient ensemble, et il y avait cent grenades en tout qui étaient environnées d’un rets.

24 Le général de l’armée prit aussi Saraïas qui était le premier sacrificateur, et Sophonias qui était le second, et les trois gardiens du vestibule du temple.

25 Il enleva encore de la ville un eunuque qui commandait les gens de guerre, et sept personnes de ceux qui étaient toujours devant le roi, qui se trouvèrent dans la ville, et le secrétaire intendant de l’armée qui avait soin de former les nouveaux soldats, et soixante hommes d’entre le peuple qui se trouvèrent au milieu de la ville.

26 Nabuzardan les prit tous, et les emmena au roi de Babylone à Réblatha ;

27 et le roi de Babylone les fit tous mourir à Réblatha au pays d’Emath ; et Juda fut transféré hors de son pays.

28 Voici le dénombrement du peuple qui fut transféré par Nabuchodonosor à Babylone : La septième année de son règne il transféra trois mille vingt-trois Juifs.

29 La dix-huitième année de son règne il transféra de Jérusalem huit cent trente-deux personnes ;

30 et la vingt-troisième année du règne de Nabuchodonosor, Nabuzardan, général de son armée, transféra sept cent quarante-cinq Juifs. Ainsi le nombre de tous ceux qui furent transférés fut de quatre mille six cents.

31 Mais la trente-septième année après que Joachin, roi de Juda, eut été transféré à Babylone, le vingt-cinquième jour du douzième mois, Evilmérodach, roi de Babylone, releva Joachin, roi de Juda, de cet abaissement où il avait été jusqu’alors, et le fit sortir de prison.

32 Il lui parla avec beaucoup de bonté ; et il éleva son trône au-dessus des trônes des rois qui étaient au-dessous de lui à Babylone.

33 Il lui fit changer les vêtements qu’il avait dans sa prison, et le fit manger devant lui tous les jours de sa vie.

34 Le roi de Babylone ordonna ce qui lui serait donné pour sa table chaque jour, et il le lui fit donner tout le temps de sa vie jusqu’au jour de sa mort.





LAMENTATIONS DE JÉRÉMIE.
________




Après que le peuple d’Israël eut été mené en captivité et que Jérusalem fut demeurée entièrement déserte, le prophète Jérémie fondant en larmes s’assit, et fit ces lamentations sur Jérusalem, soupirant dans l’amertume de son cœur, et disant avec de grands cris :

(ALEPH.) Comment cette ville si pleine de peuple est-elle maintenant si solitaire et si désolée ? Ma maîtresse des nations est devenue comme veuve ; la reine des provinces a été assujettie au tribut.

2 (Beth.) Elle n’a point cessé de pleurer pendant la nuit, et ses joues sont trempées de larmes : de tous ceux qui lui étaient chers, il n’y en a pas un qui la