Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/647

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


servi de rien à ce peuple, dit le Seigneur.

33 Si donc ce peuple, ou un prophète, ou un prêtre, vous interroge et vous dit, Quel est le fardeau du Seigneur ? vous lui direz : C’est vous-mêmes qui êtes le fardeau, et je vous jetterai bien loin de moi, dit le Seigneur.

34 Si donc un prophète, ou un prêtre, ou quelqu’un du peuple, dit encore, Le fardeau du Seigneur ; je visiterai dans ma colère cet homme et sa maison.

35 Chacun de vous dira désormais à son prochain et à son frère : Qu’a répondu le Seigneur ? qu’est-ce que le Seigneur a dit ?

36 Et l’on ne parlera plus du fardeau du Seigneur : car la parole de chacun sera son propre fardeau ; parce que vous avez perverti les paroles du Dieu vivant, du Seigneur des armées qui est notre Dieu.

37 Vous direz au prophète : Que vous a répondu le Seigneur ? qu’est-ce que le Seigneur a dit ?

38 Si vous dites encore, Le fardeau du Seigneur ; je vous déclare, dit le Seigneur, que parce que vous avez dit, Le fardeau du Seigneur ; quoique je vous eusse envoyé dire, Ne dites point, Le fardeau du Seigneur ;

39 je vous prendrai moi-même, et je vous emporterai comme un fardeau : je vous abandonnerai, et je vous rejetterai loin de ma face, vous et la ville que j’ai donnée à vos pères et à vous.

40 Je vous couvrirai d’un opprobre qui ne finira point, et d’une éternelle ignominie dont la mémoire ne s’effacera jamais.



LE Seigneur me fit voir un jour une vision. Il y avait devant le temple du Seigneur deux paniers pleins de figues. Et ceci arriva depuis que Nabuchodonosor, roi de Babylone, eut transféré Jéchonias, qui était fils de Joakim, roi de Juda, avec ses princes, les architectes et les ingénieurs, et qu’il les eut emmenés de Jérusalem à Babylone.

2 Dans l’un de ces paniers il y avait d’excellentes figues, comme sont d’ordinaire les figues de la première saison ; et dans l’autre il y avait des figues très-méchantes, dont on ne pouvait manger, parce qu’elles ne valaient rien.

3 Alors le Seigneur me dit : Que voyez-vous, Jérémie ? Je lui répondis : Je vois des figues, dont les unes sont bonnes et très-bonnes, et les autres sont méchantes et très-méchantes ; et l’on n’en peut point manger, parce qu’elles ne valent rien.

4 Le Seigneur me parla ensuite, et me dit :

5 Voici ce que dit le Seigneur, le Dieu d’Israël : Comme ces figues que vous voyez sont très-bonnes ; ainsi je traiterai bien ceux que j’ai envoyés hors de ce lieu, et qui ont été transférés de Juda dans le pays des Chaldéens.

6 Je les regarderai d’un œil favorable, et je les ramènerai dans ce pays ; je les édifierai, et je ne les détruirai point ; je les planterai, et je ne les arracherai point.

7 Je leur donnerai un cœur docile, afin qu’ils me connaissent, et qu’ils sachent que je suis le Seigneur. Ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu, parce qu’ils retourneront à moi de tout leur cœur.

8 Et comme vous voyez ces méchantes figues, dont on ne peut manger, parce qu’elles ne valent rien ; ainsi, dit le Seigneur, j’abandonnerai Sédécias, roi de Juda, ses princes et ceux qui sont restés de Jérusalem qui demeurent dans cette ville, ou qui habitent dans la terre d’Egypte.

9 Je ferai qu’ils seront tourmentés, qu’ils seront affligés en tous les royaumes de la terre, et qu’ils deviendront l’opprobre, le jouet, la fable et la malédiction des hommes dans tous les lieux où je les aurai chassés.

10 J’enverrai contre eux l’épée, la famine et la peste, jusqu’à ce qu’ils soient exterminés de la terre que je leur avais donnée aussi bien qu’à leurs pères.



PAROLE qui fut adressée à Jérémie, touchant tout le peuple de Juda, la quatrième année de Joakim, fils de Josias, roi de Juda, qui est la première année de Nabuchodonosor, roi de Babylone ;

2 et que le prophète Jérémie annonça à tout le peuple de Juda, et à tous les habitants de Jérusalem, en disant :

3 Depuis la treizième année de Josias, fils d’Amon, roi de Juda, jusqu’à ce jour il s’est passé vingt-trois ans, et le Seigneur m’ayant fait entendre sa parole, je vous l’ai annoncée, je me suis empressé de vous parler ; et vous ne m’avez point écouté.

4 Et le Seigneur s’est hâté de vous envoyer tous les prophètes, ses serviteurs ; et vous ne l’avez point écouté, et vous n’avez point soumis vos oreilles pour l’entendre,

5 lorsqu’il vous disait : Que chacun de vous se retire de sa mauvaise voie, et du dérèglement de ses pensées criminelles ; et vous habiterez de siècle en siècle dans la terre que le Seigneur vous a donnée, à vous et à vos pères.

6 Ne courez point après des dieux étrangers pour les servir et les adorer, et n’irritez point ma colère par les œuvres de vos mains, et je ne vous affligerai point.

7 Cependant vous ne m’avez point écouté, dit le Seigneur ; vous m’avez