Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/574

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


7 Les gardes qui font la ronde par la ville, m’ont rencontrée : ils m’ont frappée et blessée. Ceux qui gardent les murailles, m’ont ôté mon manteau.

8 Je vous conjure, ô filles de Jérusalem ! si vous trouvez mon bien-aimé, de lui dire, que je languis d’amour.


LES COMPAGNES DE L’ÉPOUSE.


9 Quel est celui que vous appelez votre bien-aimé entre tous les bien-aimés, ô la plus belle d’entre les femmes ? Quel est votre bien-aimé entre tous les autres, au sujet duquel vous nous avez conjurées de cette sorte ?


L’ÉPOUSE.


10 Mon bien-aimé éclate par sa blancheur et par sa rougeur : il est choisi entre mille.

11 Sa tête est comme un or très-pur ; ses cheveux sont comme les jeunes rameaux des palmiers, et ils sont noirs comme un corbeau.

12 Ses yeux sont comme les colombes qu’on voit auprès des ruisseaux, qui ont été comme lavées dans du lait, et qui se tiennent sur le bord d’un grand courant d’eaux.

13 Ses joues sont comme de petits parterres de plantes aromatiques, qui ont été plantées par les parfumeurs ; ses lèvres sont comme des lis qui distillent la myrrhe la plus pure.

14 Ses mains sont comme si elles étaient d’or et faites au tour, et elles sont pleines d’hyacinthes ; sa poitrine est comme d’un ivoire enrichi de saphirs.

15 Ses jambes sont comme des colonnes de marbre posées sur des bases d’or. Sa figure est comme celle du mont Liban, et il se distingue entre les autres, comme les cèdres parmi tous les arbres.

16 Le son de sa voix a une admirable douceur ; et enfin il est tout aimable. Tel est donc mon bien-aimé, tel est celui que j’aime, ô filles de Jérusalem !


LES COMPAGNES DE L’ÉPOUSE.


17 Où est allée votre bien-aimé, ô la plus belle d’entre les femmes ? Où s’est retiré votre bien-aimé ? et nous irons le chercher avec vous.



L’ÉPOUSE.


MON bien-aimé est descendu dans son jardin, dans le parterre des plantes aromatiques, pour se nourrir dans ses jardins, et pour y cueillir des lis.

2 Je suis à mon bien-aimé, et mon bien-aimé est à moi, lui qui se nourrit parmi les lis.


L’ÉPOUX.


3 Vous êtes belle, ô ma bien-aimée ! et pleine de douceur ; vous êtes belle comme Jérusalem, et terrible comme une armée rangée en bataille.

4 Détournez vos yeux de moi : car ce sont eux qui m’ont obligé de me retirer promptement. Vos cheveux sont comme un troupeau de chèvres, qui se sont fait voir venant de la montagne de Galaad.

5 Vos dents sont comme un troupeau de brebis qui sont montées du lavoir, et qui portent toutes un double fruit, sans qu’il y en ait de stériles parmi elles.

6 Vos joues sont comme l’écorce d’une pomme de grenade, sans ce qui est caché au dedans de vous.

7 Il y a soixante reines, et quatre-vingts femmes du second rang, et les jeunes filles sont sans nombre.

8 Mais une seule est ma colombe, et ma parfaite amie : elle est unique à sa mère, et choisie préférablement par celle qui lui a donné la vie. Les filles l’ont vue, et elles ont publié qu’elle est très-heureuse ; les reines et les autres femmes l’ont vue, et lui ont donné des louanges.

9 Quelle est celle-ci, ont-elles dit, qui s’avance comme l’aurore lorsqu’elle se lève, qui est belle comme la lune, et éclatante comme le soleil, et qui est terrible comme une armée rangée en bataille ?


L’ÉPOUSE.


10 Je suis descendue dans le jardin des noyers, pour voir les fruits des vallées, pour considérer si la vigne avait fleuri, et si les pommes de grenade avaient poussé.

11 Je n’ai plus su où j’étais : mon âme a été toute troublée dans moi à cause des chariots d’Aminadab.


LES COMPAGNES DE L’ÉPOUSE.


12 Revenez, revenez, ô Sulamite ! revenez, revenez ; afin que nous vous considérions.



L’ÉPOUX.


QUE verrez-vous dans la Sulamite, sinon des chœurs de musique dans un camp d’armée ? Que vos démarches sont belles, ô fille du prince ! par l’agrément de votre chaussure ! Les jointures de vos hanches sont comme des colliers travaillés par la main d’un excellent ouvrier.

2 Votre nombril est comme une coupe faite au tour, où il ne manque jamais de liqueur. Votre ventre est comme un monceau de froment, tout environne de lis.

3 Vos deux mamelles sont comme deux petits jumeaux de la femelle d’un chevreuil.

4 Votre cou est comme une tour d’i-