Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/570

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ainsi une imprudence légère et de peu de durée l’emporte sur la sagesse et la gloire.

2 Le cœur du sage est dans sa main droite, et le cœur de l’insensé est dans sa main gauche.

3 L’imprudent même qui marche dans sa voie, croit tous les autres insensés comme il l’est lui-même.

4 Si l’esprit de celui qui a la puissance, s’élève sur vous, ne quittez point votre place : parce que les remèdes qu’on vous appliquera, vous guériront des plus grands péchés.

5 Il y a un mal que j’ai vu sous le soleil, qui semble venir de l’erreur du prince :

6 l’imprudent élevé dans une dignité sublime, et les riches assis en bas.

7 J’ai vu les esclaves à cheval, et les princes marcher à pied comme des esclaves.

8 Qui creuse la fosse, y tombera ; et qui rompt la haie, sera mordu du serpent.

9 Qui transporte les pierres, en sera meurtri ; et qui fend le bois, en sera blessé.

10 Si le fer s’émousse, et qu’au lieu de le rétablir dans son premier état, on le rebrousse encore, on aura bien de la peine à l’aiguiser ; ainsi la sagesse ne s’acquiert que par un long travail.

11 Celui qui médit en secret, est comme un serpent qui mord sans faire de bruit.

12 Les paroles qui sortent de la bouche du sage sont pleines de grâce ; les lèvres de l’insensé le feront tomber dans le précipice ;

13 ses premières paroles sont une imprudence, et les dernières qui sortent de sa bouche, sont une erreur très-maligne.

14 L’insensé se répand en paroles. L’homme ignore ce qui a été avant lui ; et qui pourra lui découvrir ce qui doit être après lui ?

15 Le travail des insensés les accablera, parce qu’ils ne savent comment il faut aller à la ville.

16 Malheur à toi, terre, dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin !

17 Heureuse est la terre dont le roi est d’une race illustre, et dont les princes ne mangent qu’au temps destiné pour se nourrir, et non pour satisfaire leur sensualité.

18 La charpente du toit se gâtera peu à peu par la paresse, et les mains lâches seront cause qu’il pleuvra partout dans la maison.

19 Les hommes emploient le pain et le vin pour rire et se divertir, et pour passer leur vie en festins ; et toutes choses obéissent à l’argent.

20 Ne parlez point mal du roi dans votre pensée, et ne médisez point du riche dans le secret de votre chambre : parce que les oiseaux mêmes du ciel rapporteront vos paroles, et ceux qui ont des ailes publieront ce que vous aurez dit.



RÉPANDEZ votre pain sur les eaux qui passent ; parce que vous le retrouverez après un long espace de temps.

2 Faites-en part à sept et à huit personnes ; parce que vous ignorez le mal qui doit venir sur la terre.

3 Lorsque les nuées se seront remplies, elles répandront la pluie sur la terre. Si l’arbre tombe au midi ou au septentrion, en quelque lieu qu’il sera tombé, il y demeurera.

4 Celui qui observe les vents, ne sème point ; et celui qui considère les nuées, ne moissonnera jamais.

5 Comme vous ignorez par où l’âme vient, et de quelle manière les os se lient dans les entrailles d’une femme grosse ; ainsi vous ne connaissez point les œuvres de Dieu qui est le Créateur de toutes choses.

6 Semez votre grain dès le matin, et que le soir votre main ne cesse point de semer : parce que vous ne savez lequel des deux lèvera plus tôt, celui-ci, ou celui-là ; que si l’un et l’autre lève, ce sera encore mieux.

7 La lumière est douce, et l’œil se plaît à voir le soleil.

8 Si un homme vit beaucoup d’années, et qu’il se réjouisse dans tout ce temps-là, il doit se souvenir de ce temps de ténèbres, et de cette multitude de jours, qui étant venus, convaincront de vanité tout le passé.

9 Réjouissez-vous donc, jeune homme, dans votre jeunesse ; que votre cœur soit dans l’allégresse pendant votre premier âge : marchez selon les voies de votre cœur, et selon les regards de vos yeux ; et sachez que Dieu vous fera rendre compte en son jugement de toutes ces choses.

10 Bannissez la colère de votre cœur ; éloignez le mal de votre chair : car la jeunesse et le plaisir ne sont que vanité.



SOUVENEZ-VOUS de votre Créateur pendant les jours de votre jeunesse, avant que le temps de l’affliction soit arrivé, et que vous approchiez des années dont vous direz, Ce temps me déplaît :

2 avant que le soleil, la lumière, la lune et les étoiles s’obscurcissent, et que les nuées retournent après la pluie ;

3 lorsque les gardes de la maison commenceront à trembler ; que les hommes les plus forts s’ébranleront ; que celles qui avaient accoutumé de moudre, seront réduites en petit nombre et deviendront oisives ; et que ceux qui regardaient par les trous, seront couverts de ténèbres :

4 quand on fermera les portes de la rue ;