Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/569

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


craignent Dieu et qui respectent sa face, seront heureux.

13 Que les méchants ne réussissent point, que les jours de leur vie ne soient pas longs, et que ceux qui ne craignent point la face du Seigneur, passent comme l’ombre.

14 Il se trouve encore une autre vanité sur la terre : Il y a des justes à qui les malheurs arrivent, comme s’ils avaient fait les actions des méchants ; et il y a des méchants qui vivent dans l’assurance, comme s’ils avaient fait les œuvres des justes. Mais je crois que c’est là encore une très-grande vanité.

15 C’est ce qui m’a porté à louer la joie et le repos. J’ai cru que le bien que l’on pouvait avoir sous le soleil était de manger, de boire et de se réjouir, et que l’homme n’emportait que cela avec lui de tout le travail qu’il avait enduré en sa vie, pendant les jours que Dieu lui a donnés sous le soleil.

16 J’ai appliqué mon cœur pour connaître la sagesse, et pour remarquer cette dissipation de l’esprit des hommes qui sont sur la terre. Tel se trouve parmi eux, qui ne dort et ne repose ni jour ni nuit.

17 Et j’ai reconnu que l’homme ne peut trouver aucune raison de toutes les œuvres de Dieu qui se font sous le soleil ; et que plus il s’efforcera de la découvrir, moins il la trouvera : quand le sage même dirait qu’il a cette connaissance, il ne pourra la trouver.



J’AI agité toutes ces choses dans mon cœur, et je me suis mis en peine d’en trouver l’intelligence. Il y a des justes et des sages, et leurs œuvres sont dans la main de Dieu ; néanmoins l’homme ne sait s’il est digne d’amour ou de haine :

2 mais tout est réservé pour l’avenir et demeure ici incertain, parce que tout arrive également au juste et à l’injuste, au bon et au méchant, au pur et à l’impur, à celui qui immole des victimes, et a celui qui méprise les sacrifices. L’innocent est traité comme le pécheur, et le parjure comme celui qui jure dans la vérité.

3 C’est là ce qu’il y a de plus fâcheux dans tout ce qui se passe sous le soleil, de ce que tout arrive de même à tous. De là vient que les cœurs des enfants des hommes sont remplis de malice et de mépris pendant leur vie, et après cela ils seront mis entre les morts.

4 Il n’y a personne qui vive toujours, ni qui ait même cette espérance : un chien vivant vaut mieux qu’un lion mort.

5 Car ceux qui sont en vie, savent qu’ils doivent mourir ; mais les morts ne connaissent plus rien, et il ne leur reste plus de récompense : parce que leur mémoire est ensevelie dans l’oubli.

6 L’amour, la haine et l’envie sont péries avec eux, et ils n’ont plus de part à ce siècle, ni à tout ce qui se passe sous le soleil.

7 Allez donc, et mangez votre pain avec joie, buvez votre vin avec allégresse ; parce que vos œuvres sont agréables à Dieu.

8 Que vos vêtements soient blancs en tout temps, et que l’huile qui parfume votre tête ne défaille point.

9 Jouissez de la vie avec la femme que vous aimez, pendant tous les jours de votre vie passagère, qui vous ont été donnés sous le soleil, pendant tout le temps de votre vanité : car c’est là votre partage dans la vie et dans le travail qui vous exerce sous le soleil.

10 Faites promptement tout ce que votre main pourra faire ; parce qu’il n’y aura plus ni œuvre, ni raison, ni sagesse, ni science dans le tombeau où vous courez.

11 J’ai tourné mes pensées ailleurs, et j’ai vu que sous le soleil le prix n’est point pour ceux qui sont les plus légers à la course, ni la guerre pour les plus vaillants, ni le pain pour les plus sages, ni les richesses pour les plus habiles, ni la faveur pour les meilleurs ouvriers ; mais que tout se fait par rencontre et à l’aventure.

12 L’homme ignore quelle sera sa fin ; et comme les poissons sont pris à l’hameçon, et les oiseaux au filet, ainsi les hommes se trouvent surpris par l’adversité, lorsque tout d’un coup elle fond sur eux.

13 J’ai vu aussi sous le soleil une action de sagesse, et qui m’a paru en effet d’une très-grande sagesse :

14 Une ville fort petite, où il y avait peu de monde : un grand roi est venu pour la prendre ; il l’a investie ; il a bâti des forts tout autour, et l’a assiégée de toutes parts.

15 Il s’est trouvé dedans un homme pauvre, mais sage, qui a délivré la ville par sa sagesse ; et après cela nul ne s’est plus souvenu de cet homme pauvre.

16 Je disais alors, que la sagesse est meilleure que la force. Comment donc la sagesse du pauvre a-t-elle été méprisée ? et comment ses paroles n’ont-elles point été écoutées ?

17 Les paroles des sages s’entendent dans le repos, plus que les cris du prince parmi les insensés.

18 La sagesse vaut mieux que les armes des gens de guerre ; et celui qui pèche en une chose, perdra de grands biens.



LES mouches qui meurent dans le parfum, en gâtent la bonne odeur :