Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/448

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mèdes et des Perses, quelle a été sa puissance et son empire, et le haut point de grandeur auquel il avait élevé Mardochée,

3 et de quelle sorte Mardochée, Juif de nation, devint la seconde personne dans l’empire du roi Assuérus, comme il fut grand parmi les Juifs, et aimé généralement de tous ses frères, ne cherchant qu’à faire du bien à sa nation, et ne parlant que pour procurer la paix et la prospérité de son peuple.





JOB.



IL y avait en la terre de Hus un homme qui s’appelait Job. Cet homme était simple et droit de cœur ; il craignait Dieu, et fuyait le mal.

2 Il avait sept fils et trois filles.

3 Il possédait sept mille moutons, trois mille chameaux, cinq cents paires de bœufs et cinq cents ânesses. Il avait de plus un très-grand nombre de domestiques ; et il était grand et illustre parmi tous les Orientaux.

4 Ses enfants allaient les uns chez les autres, et ils se traitaient chacun à leur jour. Ils envoyaient prier leurs trois sœurs de venir manger et boire avec eux.

5 Et lorsque ce cercle des jours de festin était achevé, Job envoyait chez ses enfants, et les purifiait ; et se levant de grand matin, il offrait des holocaustes pour chacun d’eux. Car il disait en lui-même : Peut-être que mes enfants auront commis quelque péché, et qu’ils auront offensé Dieu dans leur cœur. C’est ainsi que Job se conduisait tous les jours de sa vie.

6 Or les enfants de Dieu s’étant un jour présentés devant le Seigneur, Satan se trouva aussi parmi eux.

7 Le Seigneur lui dit : D’où viens-tu ? Il lui répondit : J’ai fait le tour de la terre, et je l’ai parcourue tout entière.

8 Le Seigneur ajouta : N’as-tu point considéré mon serviteur Job, qui n’a point d’égal sur la terre, qui est un homme simple et droit de cœur, qui craint Dieu et fuit le mal ?

9 Satan lui répondit : Est-ce en vain que Job craint Dieu ?

10 N’avez-vous pas remparé de toutes parts et sa personne, et sa maison, et tous ses biens ? N’avez-vous pas béni les œuvres de ses mains ? et tout ce qu’il possède ne se multiplie-t-il pas de plus en plus sur la terre ?

11 Mais étendez un peu votre main, et frappez tout ce qui est à lui, et vous verrez s’il ne vous maudira pas en face.

12 Le Seigneur répondit à Satan : Va, tout ce qu’il a est en ton pouvoir ; mais je te défends de porter la main sur lui. Et Satan sortit aussitôt de devant le Seigneur.

13 Un jour donc que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient ensemble dans la maison de leur frère aîné,

14 un homme vint tout d’un coup dire à Job : Lorsque vos bœufs labouraient, et que vos ânesses paissaient auprès,

15 les Sabéens sont venus fondre tout d’un coup, ont tout enlevé, ont passé vos gens au fil de l’épée ; et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

16 Cet homme parlait encore, lorsqu’un second vint dire à Job : Le feu du ciel est tombé sur vos moutons, et sur ceux qui les gardaient, et il a tout réduit en cendres ; et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

17 Il n’avait pas achevé de parler, qu’un troisième vint dire à Job: Les Chaldéens se sont divisés en trois bandes ; ils se sont jetés sur vos chameaux, et les ont enlevés ; ils ont tué tous vos gens, et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

18 Cet homme parlait encore, quand un quatrième se présenta devant Job, et lui dit : Lorsque vos fils et vos filles mangeaient et buvaient dans la maison de leur frère aîné,

19 un vent impétueux s’étant levé tout d’un coup du côté du désert, a ébranlé les quatre coins de la maison, et l’ayant fait tomber sur vos enfants, ils ont été accablés sous ses ruines, et ils sont tous morts. Je me suis échappé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

20 Alors Job se leva, déchira ses vêtements, et s’étant rasé la tête, il se jeta par terre, et adora Dieu,

21 et dit : Je suis sorti nu du ventre