Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/446

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du royaume, soient révoquées par de nouvelles lettres du roi.

6 Car comment pourrais-je souffrir la mort et le carnage de tout mon peuple ?

7 Le roi Assuérus répondit à la reine Esther et à Mardochée, Juif : J’ai donné à Esther la maison d’Aman, et j’ai commandé qu’il fût attaché à une croix, parce qu’il avait osé entreprendre de perdre les Juifs.

8 Ecrivez donc aux Juifs, au nom du roi, comme vous le jugerez à propos, et scellez les lettres de mon anneau. Car c’était la coutume que nul n’osait s’opposer aux lettres qui étaient envoyées au nom du roi, et cachetées de son anneau.

9 On fit donc venir aussitôt les secrétaires et les écrivains du roi (c’était alors le troisième mois, appelé Siban) ; et le vingt-troisième de ce même mois les lettres du roi furent écrites en la manière que Mardochée voulut, et adressées aux Juifs, aux grands seigneurs, aux gouverneurs et aux juges qui commandaient aux cent vingt-sept provinces du royaume, depuis les Indes jusqu’en Ethiopie ; elles furent écrites en diverses langues et en divers caractères, selon la diversité des provinces et des peuples, afin qu’elles pussent être lues et entendues de tout le monde ; et celles qui furent adressées aux Juifs, étaient aussi en leur langue et en leur caractère.

10 Ces lettres que l’on envoyait au nom du roi furent cachetées de son anneau, et envoyées par les courriers, afin que courant en diligence par toutes les provinces, ils prévinssent les anciennes lettres par ces nouvelles.

11 Le roi leur commanda en même temps d’aller trouver les Juifs en chaque ville, et de leur ordonner de s’assembler et de se tenir prêts pour défendre leur vie, pour tuer et exterminer leurs ennemis avec leurs femmes, leurs enfants, et toutes leurs maisons, et de piller leurs dépouilles.

12 Et l’on marqua à toutes les provinces un même jour pour la vengeance que les Juifs devaient prendre de leurs ennemis ; savoir, le treizième jour du douzième mois, appelé Adar.

13 C’est ce que contenait la lettre qui fut écrite pour faire savoir dans toutes les provinces et à tous les peuples qui étaient soumis à l’empire du roi Assuérus, que les Juifs étaient prêts à se venger de leurs ennemis.

14 Les courriers partirent aussitôt en grande hâte portant cette lettre, et l’édit du roi fut affiché dans Suse.

15 Mardochée sortant du palais et d’avec le roi, parut dans un grand éclat, portant une robe royale de couleur d’hyacinthe et de blanc, ayant une couronne d’or sur la tête, et un manteau de soie et de pourpre. Toute la ville fut transportée de joie,

16 Et quant aux Juifs, il leur sembla qu’une nouvelle lumière se levait sur eux, à cause de cet honneur, de ces congratulations et de ces réjouissances publiques.

17 Parmi toutes les nations, les provinces et les villes où l’ordonnance du roi était portée, ils étaient dans une joie extraordinaire ; ils faisaient des festins et des jours de fête : jusque-là que plusieurs des autres nations, et qui étaient d’une autre religion qu’eux, embrassèrent leur religion et leurs cérémonies. Car le nom du peuple juif avait rempli tous les esprits d’une très-grande terreur.



AINSI le treizième jour du douzième mois, que nous avons déjà dit auparavant se nommer Adar, lorsque l’on se préparait à tuer tous les Juifs, et que ceux qui étaient leurs ennemis aspiraient à se repaître de leur sang, les Juifs au contraire commencèrent a être les plus forts, et à se venger de leurs adversaires.

2 Ils s’assemblèrent dans toutes les villes, dans tous les bourgs et tous les autres lieux, pour attaquer leurs persécuteurs et leurs ennemis ; et nul n’osait leur résister, parce que la crainte de leur puissance avait saisi tous les peuples.

3 Car les juges des provinces, les gouverneurs et les intendants, et tous ceux qui avaient quelque dignité dans tous les lieux, et qui présidaient sur les ouvrages, relevaient la gloire des Juifs par la crainte qu’ils avaient de Mardochée,

4 qu’ils savaient être grand maître du palais, et avoir beaucoup de pouvoir. Sa réputation croissait aussi de jour en jour, et tout le monde parlait de lui.

5 Les Juifs firent donc un grand carnage de leurs ennemis, et ils les tuèrent, leur rendant le mal qu’ils s’étaient préparés à leur faire.

6 Jusque-là qu’ils tuèrent dans Suse même cinq cents hommes, sans compter les dix fils d’Aman, fils d’Agag, ennemi des Juifs, qu’ils tuèrent aussi, et dont voici les noms :

7 Pharsandatha, Delphon, Esphatha,

8 Phoratha, Adalia, Aridatha,

9 Phermestha, Arisaï, Aridaï et Jézatha.

10 Et ils ne voulurent toucher à rien de ce qui avait été à ceux qu’ils avaient tués.

11 On rapporta aussitôt au roi le nombre de ceux qui avaient été tués dans Suse ;

12 et il dit à la reine : Les Juifs ont tué cinq cents hommes dans la ville de Suse, outre les dix fils d’Aman. Combien grand croyez-vous que doit être le carnage qu’ils font dans toutes les provinces ?