Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/431

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


13 Après cela je secouai mes habits, et je dis : Que tout homme qui n’accomplira point ce que j’ai dit, soit ainsi secoué et rejeté de Dieu loin de sa maison, et privé du fruit de ses travaux : qu’il soit ainsi secoué et rejeté, et réduit à l’indigence. Tout le peuple répondit, Amen ! et ils louèrent Dieu. Le peuple fit donc ce qui avait été proposé.

14 Pour ce qui est de moi, depuis le jour que le roi m’avait commandé d’être gouverneur dans le pays de Juda, c’est-à-dire, depuis la vingtième année du règne d’Artaxerxès jusqu’à la trente-deuxième, pendant l’espace de douze ans, nous n’avons rien pris, mes frères ni moi, des revenus qui étaient dus aux gouverneurs.

15 En effet ceux qui l’avaient été avant moi avaient accablé le peuple, en prenant tous les jours quarante sicles sur le pain, sur le vin et sur l’argent ; et leurs officiers les surchargeaient encore. Mais pour moi je ne l’ai point fait, parce que je crains Dieu.

16 J’ai travaillé même comme les autres aux réparations des murailles sans acheter aucun champ ; et mes gens se sont tous trouvés ensemble au travail.

17 Les Juifs même et les magistrats au nombre de cent cinquante personnes, et ceux qui venaient nous trouver d’entre les peuples qui étaient autour de nous, mangeaient toujours à ma table.

18 On m’apprêtait tous les jours un bœuf et six excellents moutons, sans les volailles. De dix en dix jours je distribuais une grande abondance de vin, et je donnais aussi beaucoup d’autres choses, quoique je ne prisse rien de tout ce qui était dû à ma charge : car le peuple était extrêmement pauvre.

19 Ô mon Dieu ! souvenez-vous de moi pour me faire miséricorde, selon tout le bien que j’ai fait à ce peuple.



MAIS Sanaballat, Tobie, Gossem, Arabe, et nos autres ennemis ayant appris que j’avais rebâti tous les murs, et qu’il n’y avait plus aucune brèche, quoique jusqu’alors je n’eusse pas fait mettre encore les battants aux portes,

2 Sanaballat et Gossem m’envoyèrent des gens pour me dire : Venez, afin que nous fassions alliance avec vous en quelque village dans la campagne d’Ono. Mais leur dessein était de me faire quelque violence.

3 Je leur envoyai donc de mes gens, et leur fis dire : Je travaille à un grand ouvrage ; ainsi je ne puis aller vous trouver, de peur qu’il ne soit négligé pendant mon absence, lorsque je serai allé vers vous.

4 Ils me renvoyèrent dire la même chose par quatre fois, et je leur fis toujours la même réponse.

5 Enfin Sanaballat m’envoya encore pour la cinquième fois un de ses gens, qui portait une lettre ouverte écrite en ces termes :

6 Il court un bruit parmi le peuple, et Gossem le publie, que vous avez résolu de vous révolter avec les Juifs ; que votre dessein, dans le rétablissement des murs de Jérusalem, est de vous faire roi des Juifs ; et que dans cette même pensée,

7 vous avez aposté des prophètes, afin qu’ils relèvent votre nom dans Jérusalem, et qu’ils disent de vous : C’est lui qui est le roi de Judée. Et comme le roi doit être informé de ces choses, venez avec nous, afin que nous en délibérions ensemble.

8 Je lui envoyai un homme, et lui répondis : Tout ce que vous dites n’est point véritable ; mais ce sont des choses que vous inventez de votre tête.

9 Tous ces gens ne travaillaient qu’à nous effrayer, s’imaginant que nous cesserions ainsi de bâtir, et que nous quitterions notre travail. Mais je m’y appliquai avec encore plus de courage.

10 J’entrai ensuite en secret dans la maison de Semaïas, fils de Dalaïas, fils de Métabéel, et il me dit : Consultons ensemble dans la maison de Dieu au milieu du temple, et fermons-en les portes : car ils doivent venir pour vous faire violence, et ils viendront la nuit pour vous tuer.

11 Je lui répondis : Un homme en la place où je suis doit-il s’enfuir ? et qui est l’homme comme moi qui entrera dans le temple, et y trouvera la vie ? Je n’irai point.

12 Et je reconnus que ce n’était point Dieu qui l’avait envoyé, mais qu’il m’avait parlé en feignant d’être prophète, et qu’il avait été gagné par Tobie et par Sanaballat :

13 car il avait été payé par eux pour m’intimider, afin que je tombasse ainsi dans le péché, et qu’ils eussent toujours à me faire ce reproche.

14 Souvenez-vous de moi, Seigneur ! en considérant toutes ces œuvres de la malice de Tobie et de Sanaballat. Et souvenez-vous aussi de ce qu’a fait le prophète Noadie et les autres prophètes, pour me donner de la terreur.

15 La muraille fut enfin toute rebâtie le vingt-cinquième jour du mois d’Élul, et fut achevée en cinquante-deux jours.

16 Et nos ennemis l’ayant appris, tous les peuples qui étaient autour de nous furent frappés de terreur, et consternés au dedans d’eux-mêmes ; et ils reconnurent que cet ouvrage était l’ouvrage de Dieu.

17 Pendant tout ce temps plusieurs d’entre les principaux des Juifs envoyaient des lettres à Tobie, et Tobie leur envoyait aussi des siennes.

18 Car il y en avait plusieurs dans la