Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/430

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


afin que lorsqu’ils n’y penseront pas, nous venions tout d’un coup au milieu d’eux les tailler en pièces, et faire cesser l’ouvrage.

12 Mais les Juifs qui demeuraient au milieu de ces gens-là étant venus à Jérusalem, et m’ayant marqué dix fois leur dessein de tous les lieux différents d’où ils venaient me trouver ;

13 je mis le peuple en haie derrière les murs tout au long des murailles de la ville, avec leurs épées, leurs lances et leurs arcs.

14 Et ayant considéré toutes choses, j’allai trouver les personnes les plus considérables, les magistrats et le reste du peuple, et je leur dis : Ne craignez point ces gens-là ; souvenez-vous que le Seigneur est grand et terrible, et combattez pour vos frères, pour vos fils, pour vos filles, pour vos femmes et pour vos maisons.

15 Mais nos ennemis ayant su que nous avions été avertis de leur entreprise, Dieu dissipa leur dessein ; nous revînmes tous aux murailles, et chacun reprit son ouvrage.

16 Depuis ce jour-là la moitié des jeunes gens était occupée au travail ; et l’autre moitié se tenait prête à combattre. Ils avaient leur lance, leur bouclier, leur arc et leur cuirasse ; et les chefs du peuple étaient derrière eux dans toute la maison de Juda.

17 Ceux qui étaient employés à bâtir les murs, et à porter ou à charger les porteurs, faisaient leur ouvrage d’une main, et tenaient leur épée de l’autre.

18 Car tous ceux qui bâtissaient avaient l’épée au côté. Ils travaillaient au bâtiment, et ils sonnaient de la trompette auprès de moi.

19 Alors je dis aux personnes les plus considérables, aux magistrats, et à tout le reste du peuple : Cet ouvrage est grand et de longue étendue, et nous sommes ici le long des murailles, séparés bien loin les uns des autres.

20 C’est pourquoi partout où vous entendrez sonner la trompette, courez-y aussitôt pour nous secourir ; et notre Dieu combattra pour nous.

21 Cependant continuons à faire notre ouvrage, et que la moitié de ceux qui sont avec nous ait toujours la lance à la main depuis le point du jour jusqu’à ce que les étoiles paraissent.

22 Je dis aussi au peuple en ce même temps : Que chacun demeure avec son serviteur au milieu de Jérusalem, afin que nous puissions travailler jour et nuit chacun en notre rang.

23 Pour ce qui est de moi, de mes frères, de mes gens et des gardes qui m’accompagnaient, nous ne quittions point nos vêtements, et on ne les ôtait que pour se purifier.



ALORS le peuple et leurs femmes firent de grandes plaintes contre les Juifs, leurs frères ;

2 et il y en avait qui disaient : Nous avons trop de fils et de filles : vendons-les, et en achetons du blé pour nous nourrir, et pour avoir de quoi vivre.

3 D’autres disaient : Engageons nos champs, nos vignes et nos maisons, afin d’en avoir du blé pendant la famine.

4 D’autres disaient encore : Faut-il que nous empruntions de l’argent pour payer les tributs du roi, et que nous abandonnions nos champs et nos vignes ?

5 Notre chair est comme la chair de nos frères, et nos fils sont comme leurs fils : et cependant nous sommes contraints de réduire en servitude nos fils et nos filles, et nous n’avons rien pour racheter celles de nos filles qui sont esclaves. Nos champs et nos vignes sont possédés par des étrangers.

6 Lorsque je les entendis se plaindre de la sorte, j’entrai dans une grande colère.

7 Je pensai en moi-même au fond de mon cœur ce que j’avais à faire. Je fis une réprimande aux principaux du peuple et aux magistrats, et je leur dis : Exigez-vous donc de vos frères les intérêts et l’usure de ce que vous leur donnez ? Je fis faire en même temps une grande assemblée du peuple contre eux,

8 et je leur dis : Vous savez que nous avons racheté, autant que nous l’avons pu, les Juifs, nos frères, qui avaient été vendus aux nations. Est-ce donc que maintenant vous vendrez vos frères, et qu’il faudra que nous les rachetions ? Quand je leur eus parlé de la sorte, ils demeurèrent dans le silence, et ils ne surent que me répondre.

9 Je leur dis ensuite : Ce que vous faites n’est pas bien : pourquoi ne marchez-vous point dans la crainte de notre Dieu, pour ne nous point exposer aux reproches des peuples qui sont nos ennemis ?

10 Mes frères, mes gens et moi, nous avons prêté à plusieurs de l’argent et du blé ; accordons-nous tous, je vous prie, à ne leur rien redemander, et à leur quitter ce qu’ils nous doivent.

11 Rendez-leur aujourd’hui leurs champs et leurs vignes, leurs plants d’oliviers et leurs maisons. Payez même pour eux le centième de l’argent, du blé, du vin et de l’huile, que vous avez accoutumé d’exiger d’eux.

12 Ils me répondirent : Nous leur rendrons ce que nous avons à eux. Nous ne leur redemanderons rien de ce qu’ils nous doivent ; et nous ferons ce que vous nous avez dit. Alors je fis venir les prêtres, et je leur fis promettre avec serment qu’ils agiraient comme j’avais dit.