Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et le Seigneur me l’a caché, et ne me l’a point fait connaître.

28 Alors cette femme lui dit : Vous ai-je demandé un fils, mon seigneur ? Ne vous ai-je pas dit : Ne me trompez point ?

29 Elisée dit à Giézi : Ceignez vos reins ; prenez mon bâton à votre main, et allez-vous-en. Si vous rencontrez quelqu’un, ne le saluez point ; et si quelqu’un vous salue, ne lui répondez point ; et mettez mon bâton sur le visage de l’enfant.

30 Mais la mère de l’enfant dit à Elisée : Vive le Seigneur, et vive votre âme ! je ne vous quitterai point. Il partit donc, et la suivit.

31 Cependant Giézi était allé devant eux, et il avait mis le bâton d’Elisée sur le visage de l’enfant. Mais ni la parole ni le sentiment ne lui étaient point revenus. Il retourna donc au-devant de son maître, et vint lui dire : L’enfant n’est point ressuscité.

32 Elisée entra ensuite dans la maison, et il trouva l’enfant mort couché sur son lit.

33 Il ferma aussitôt la porte sur lui et sur l’enfant, et pria le Seigneur.

34 Après cela il monta sur le lit et se coucha sur l’enfant. Il mit sa bouche sur sa bouche, ses jeux sur ses yeux, et ses mains sur ses mains, et il se courba sur l’enfant ; et la chair de l’enfant fut échauffée.

35 Et étant descendu de dessus le lit, il se promena et fit deux tours dans la chambre. Il remonta encore sur le lit et se coucha sur l’enfant. Alors l’enfant bâilla sept fois, et ouvrit les yeux.

36 Elisée ensuite appela Giézi, et lui dit : Faites venir cette Sunamite. Elle vint aussitôt, et elle entra dans la chambre. Elisée lui dit : Emmenez votre fils.

37 Cette femme s’approcha de lui, et se jeta à ses pieds, et elle adora sur la terre ; et ayant pris son fils, elle s’en alla.

38 Elisée retourna à Galgala. Or la famine était en ce pays-là, et les enfants des prophètes demeuraient avec Elisée. Il dit donc à l’un de ses serviteurs : Prenez un grand pot, et préparez à manger pour les enfants des prophètes.

39 Et l’un d’eux étant sorti dehors pour cueillir des herbes des champs, il trouva une espèce de vigne sauvage ; et il en cueillit des coloquintes sauvages plein son manteau. Etant revenu, il les coupa par morceaux et les mit cuire dans le pot : car il ne savait ce que c’était.

40 Ils servirent ensuite à manger aux disciples d’Elisée, qui en ayant goûté, s’écrièrent : Homme de Dieu, il y a un poison mortel dans ce pot. Et ils ne purent en manger.

41 Elisée leur dit : Apportez-moi de la farine. Ils lui en apportèrent. Il la mit dans le pot, et leur dit : Servez-en maintenant à tout le monde, afin que chacun en mange. Et il n’y eut plus ensuite aucune amertume dans le pot.

42 Et il vint un homme de Baalsalisa qui portait à l’homme de Dieu des pains des prémices, vingt pains d’orge, et du froment nouveau dans sa besace. Elisée dit à son serviteur : Donnez ces pains à manger au peuple.

43 Son serviteur lui répondit : Qu’est-ce que cela pour servir à cent personnes ? Il redit encore : Donnez ce pain à manger au peuple : car voici ce que dit le Seigneur : Ils mangeront, et il y en aura de reste.

44 Il servit donc ces pains devant ces personnes ; ils en mangèrent, et il y en eut de reste, selon la parole du Seigneur.



NAAMAN, général de l’armée du roi de Syrie, était un homme puissant et en grand honneur auprès du roi, son maître, parce que le Seigneur avait sauvé par lui la Syrie. Il était vaillant et riche, mais lépreux.

2 Or quelques brigands étant sortis de Syrie, avaient emmené captive une petite fille du pays d’Israël, qui fut depuis mise au service de la femme de Naaman.

3 Cette fille dit à sa maîtresse : Plût à Dieu que mon seigneur eût été trouver le prophète qui est à Samarie. Il l’aurait sans doute guéri de sa lèpre.

4 Sur cela Naaman vint trouver son maître, et lui dit : Une fille d’Israël a dit telle et telle chose.

5 Le roi de Syrie lui répondit : Allez, j’écrirai pour vous au roi d’Israël. Il partit donc de Syrie ; il prit avec lui dix talents d’argent, six mille écus d’or, et dix habillements neufs,

6 et porta au roi d’Israël la lettre du roi de Syrie, qui était conçue en ces termes : Lorsque vous aurez reçu cette lettre, vous saurez que je vous ai envoyé Naaman, mon serviteur, afin que vous le guérissiez de sa lèpre.

7 Le roi d’Israël ayant reçu cette lettre, déchira ses vêtements, et dit : Suis-je un Dieu pour pouvoir ôter et rendre la vie ? Pourquoi m’envoyer ainsi un homme, afin que je le guérisse de sa lèpre ? Vous voyez que ce prince ne cherche qu’une occasion pour rompre avec moi.

8 Elisée, homme de Dieu, ayant appris que le roi d’Israël avait déchiré ainsi ses vêtements, lui envoya dire : Pourquoi avez-vous déchiré vos vêtements ? Que cet homme vienne à moi, et qu’il sache qu’il y a un prophète dans Israël.

9 Naaman vint donc avec ses chevaux et ses chariots, et se tint à la porte de la maison d’Elisée.

10 Et Elisée lui envoya une personne pour lui dire : Allez vous laver sept fois dans le Jourdain, et votre chair sera guérie et deviendra nette.

11 Naaman tout fâché commençait à se