Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/327

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouver Achab, roi d’Israël, et lui dit : Voici ce que dit le Seigneur : Vous avez vu toute cette multitude innombrable ; je vous déclare que je vous la livrerai aujourd’hui entre les mains, afin que vous sachiez que c’est moi qui suis le Seigneur.

14 Achab lui demanda : Par qui ? Il lui répondit : Voici ce que dit le Seigneur : Ce sera par les valets de pied des princes des provinces. Achab ajouta : Qui commencera le combat ? Ce sera vous, dit le prophète.

15 Achab fit donc la revue des valets de pied des princes des provinces, et il en trouva deux cent trente-deux. Il fit ensuite la revue du peuple, de tous les enfants d’Israël, et il en trouva sept mille.

16 Ils sortirent de la ville sur le midi. Cependant Benadad était dans sa tente, qui buvait et qui était ivre ; et les trente-deux rois qui étaient venus à son secours, buvaient aussi avec lui.

17 Les valets de pied des princes des provinces marchaient à la tête de l’armée. Benadad ayant envoyé pour les reconnaître, on vint lui dire : Ce sont des gens qui sont sortis de Samarie.

18 Il dit à ceux qui lui parlaient : Soit qu’ils viennent pour traiter de la paix, soit qu’ils viennent pour combattre, prenez-les tout vifs.

19 Les valets de pied des princes des provinces s’avancèrent donc, et le reste de l’armée après eux ;

20 et chacun d’eux tua ceux qui se présentèrent devant lui : et aussitôt les Syriens s’enfuirent, et l’armée d’Israël les poursuivit. Benadad, roi de Syrie, s’enfuit aussi à cheval avec les cavaliers qui l’accompagnaient.

21 Et le roi d’Israël étant sorti de Samarie, tua les chevaux, renversa les chariots, et frappa la Syrie d’une grande plaie.

22 Alors un prophète vint trouver le roi d’Israël, et lui dit : Allez, fortifiez-vous, et considérez bien ce que vous avez à faire : car le roi de Syrie viendra encore l’année suivante pour vous combattre.

23 Mais les serviteurs du roi de Syrie lui dirent : Leurs dieux sont les dieux des montagnes, et c’est pour cela qu’ils nous ont vaincus : il faut que nous combattions contre eux en pleine campagne, et nous les vaincrons.

24 Voici donc ce que vous avez à faire : Faites retirer tous les rois de votre armée, et mettez en leur place vos principaux officiers ;

25 rétablissez vos troupes, en y remettant autant de soldats qu’il en a été tué, autant de chevaux qu’il y en avait dans votre armée, et autant de chariots que vous en avez eu auparavant, et nous combattrons contre eux en pleine campagne, et vous verrez que nous les battrons. Il crut le conseil qu’ils lui donnèrent, et il fit ce qu’ils lui avaient dit.

26 Un an après, Benadad fit la revue des Syriens, et vint à Aphec pour combattre contre Israël.

27 Lés enfants d’Israël firent aussi la revue de leurs troupes ; et ayant pris des vivres, ils marchèrent contre les Syriens, et campèrent vis-à-vis d’eux. Ils ne paraissaient que comme deux petits troupeaux de chèvres, au lieu que les Syriens couvraient toute la terre.

28 Alors un homme de Dieu vint trouver le roi d’Israël, et lui dit : Voici ce que dit le Seigneur : Parce que les Syriens ont dit : Le Seigneur est le Dieu des montagnes, mais il n’est pas le Dieu des vallées ; je vous livrerai toute cette grande multitude, et vous saurez que c’est moi qui suis le Seigneur.

29 Les deux armées furent rangées en bataille l’une devant l’autre pendant sept jours. Le septième jour la bataille se donna ; et les enfants d’Israël tuèrent en un jour cent mille hommes de pied des Syriens.

30 Ceux qui échappèrent s’enfuirent dans la ville d’Aphec, et une muraille tomba sur vingt-sept mille hommes qui étaient restés. Benadad s’enfuyant entra dans la ville, et se retira dans le lieu le plus secret d’une chambre.

31 Alors ses serviteurs lui dirent : Nous avons entendu dire que les rois de la maison d’Israël sont doux et cléments. Mettons donc des sacs sur nos reins et des cordes à notre cou, et allons trouver le roi d’Israël : peut-être qu’il nous donnera la vie.

32 Ainsi ils se mirent des sacs sur les reins et la corde au cou, et vinrent trouver le roi d’Israël, et lui dirent : Benadad, votre serviteur, vous envoie faire cette supplication : Accordez-moi la vie. Il leur répondit : S’il est encore en vie, c’est mon frère.

33 Les Syriens tirèrent de là un bon présage, et prenant aussitôt ce mot de sa bouche, ils lui dirent : Votre frère Benadad vous fait cette prière. Il leur répondit : Allez et amenez-le-moi. Benadad vint donc se présenter à Achab, qui le fit monter sur son chariot.

34 Et Benadad lui dit : Je vous rendrai les villes que mon père a prises sur votre père ; et faites-vous des places publiques dans Damas, comme mon père en avait fait pour lui dans Samarie. Et quand nous aurons fait cette alliance entre nous, je me retirerai. Achab fit donc cette alliance avec lui, et le laissa aller.

35 Alors un des enfants des prophètes dit de la part du Seigneur à un de ses compagnons : Frappez-moi. Et comme il ne voulut pas le frapper,

36 il lui dit : Parce que vous n’avez pas voulu écouter la voix du Seigneur en me frappant, aussitôt que vous m’aurez