Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et les délices, et qui vous donnait des ornements d’or pour vous parer.

25 Comment les forts sont-ils tombés dans le combat ? Comment Jonathas a-t-il été tué sur vos montagnes ?

26 Votre mort me perce de douleur, Jonathas, mon frère, le plus beau des princes, plus aimable que les plus aimables des femmes. Je vous aimais comme une mère aime son fils unique.

27 Comment les forts sont-ils tombés ? Comment la gloire des armes a-t-elle été anéantie ?



APRÈS cela David consulta le Seigneur, et lui dit : Irai-je dans quelqu’une des villes de Juda ? Le Seigneur lui dit : Allez. David lui demanda : Où irai-je ? Le Seigneur lui répondit : Allez à Hébron.

2 David y alla donc avec ses deux femmes, Achinoam de Jezrahel, et Abigaïl, veuve de Nabal du Carmel.

3 David y mena aussi les gens qui étaient avec lui, dont chacun y vint avec sa famille : et ils demeurèrent dans les villes d’Hébron.

4 Alors ceux de la tribu de Juda étant venus à Hébron, y sacrèrent David de l’huile sainte, afin qu’il régnât sur la maison de Juda. En même temps on rapporta à David, que ceux de Jabès en Galaad avaient enseveli Saul.

5 Il y envoya aussitôt des gens, et leur fit dire : Bénis soyez-vous du Seigneur, de ce que vous avez usé de cette humanité envers Saul, votre seigneur, et que vous l’avez enseveli.

6 Maintenant donc le Seigneur vous le rendra selon sa miséricorde et sa vérité ; et moi-même je vous récompenserai de cette action que vous avez faite.

7 Ne vous laissez point abattre, et soyez gens de cœur : car encore que Saül, votre roi, soit mort, néanmoins la maison de Juda m’a sacré pour être son roi.

8 D’un autre coté Abner, fils de Ner, général de l’armée de Saül, prit Isboseth, fils de Saül, et l’ayant fait mener dans tout le camp,

9 l’établit roi sur Galaad, sur Gessuri, sur Jezrahel, sur Ephraïm, sur Benjamin, et sur tout Israël.

10 Isboseth, fils de Saül, avait quarante ans lorsqu’il commença à régner sur Israël ; et il régna deux ans. Il n’y avait alors que la seule maison de Juda qui suivît David.

11 Et il demeura à Hébron sept ans et demi, n’étant roi que de la tribu de Juda.

12 Alors Abner, fils de Ner, sortit de son camp, et vint à Gabaon avec les gens d’Isboseth, fils de Saül.

13 Joab, fils de Sarvia, marcha contre lui avec les troupes de David, et ils se rencontrèrent près de la piscine de Gabaon. Les armées s’étant approchées, s’arrêtèrent l’une devant l’autre : l’une était d’un côté de la piscine, et l’autre de l’autre.

14 Alors Abner dit à Joab : Que quelques jeunes gens s’avancent, et qu’ils s’exercent devant nous. Joab répondit : Qu’ils s’avancent.

15 Aussitôt douze hommes de Benjamin du côté d’Isboseth, fils de Saül, parurent, et se présentèrent : il en vint aussi douze du côté de David.

16 Et chacun d’eux ayant pris par la tête celui qui se présenta devant lui, ils se passèrent tous l’épée au travers du corps, et tombèrent morts tous ensemble : et ce lieu s’appela, le Champ des vaillants, à Gabaon.

17 Il se donna aussitôt un rude combat ; et Abner fut défait avec ceux d’Israël par les troupes de David.

18 Les trois fils de Sarvia, Joab, Abisaï et Asaël, étaient dans ce combat. Or Asaël était extrêmement agile et léger à la course, en quoi il égalait les chevreuils qui sont dans les bois.

19 Il s’attacha donc à poursuivre Abner, sans se détourner ni à droite ni à gauche, et sans le quitter jamais.

20 Abner regardant derrière lui, lui dit : Etes-vous Asaël ? Il lui répondit : Oui, je le suis.

21 Abner lui dit : Allez ou à droite ou à gauche, et attaquez quelqu’un de ces jeunes gens, et prenez ses dépouilles. Mais Asaël ne voulut point cesser de le poursuivre.

22 Abner parla donc encore à Asaël, et lui dit : Retirez-vous, ne me suivez pas davantage, de peur que je ne sois obligé de vous percer de ma lance, et qu’après cela je ne puisse plus paraître devant Joab, votre frère.

23 Mais Asaël méprisa ce qu’il lui disait, et ne voulut point se détourner. Abner lui porta donc de l’arrière-main dans l’aine un coup de la pointe de sa lance, qui le perça, et le tua sur la place. Tous ceux qui passaient par ce lieu où Asaël était tombé mort, s’arrêtaient.

24 Mais Joab et Abisaï continuant à poursuivre Abner qui s’enfuyait, le soleil se coucha lorsqu’ils arrivèrent à la colline de l’Aqueduc, qui est vis-à-vis de la vallée, au chemin du désert de Gabaon :

25 et les enfants de Benjamin se rallièrent auprès d’Abner ; et ayant fait un gros, s’arrêtèrent sur le sommet d’une éminence.

26 Alors Abner cria à Joab : Votre épée ne se rassasiera-t-elle donc point de sang et de meurtres ? Ignorez-vous qu’il est dangereux de jeter son ennemi dans le désespoir ? N’est-il pas temps enfin de dire au peuple qu’il cesse de poursuivre ses frères ?

27 Joab lui répondit : Vive le Seigneur ! si vous l’eussiez plus tôt dit, le peuple se