Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



4 J’ai désiré que vous sussiez ceci, et vous l’ai voulu dire devant tous ceux des anciens de mon peuple qui sont assis en ce lieu. Si vous voulez l’acquérir par le droit de parenté, achetez-le et le possédez. Si vous n’y avez pas d’inclination, déclarez-le-moi, afin que je sache ce que j’ai à faire. Car il n’y a point d’autre parent plus proche que vous qui êtes le premier, et moi qui suis le second. Il lui répondit : J’achèterai le champ.

5 Booz ajouta : Quand vous aurez acheté le champ de Noémi, il faudra aussi que vous épousiez Ruth, Moabite, qui a été la femme du défunt : afin que vous fassiez revivre le nom de votre parent dans son héritage.

6 Il lui répondit : Je vous cède mon droit de parenté : car je ne dois pas éteindre moi-même la postérité de ma famille. Usez vous-même du privilège qui m’est acquis, dont je déclare que je me déporte volontiers.

7 Or c’était une ancienne coutume dans Israël entre les parents, que s’il arrivait que l’un cédât son droit à l’autre, afin que la cession fût valide, celui qui se démettait de son droit, ôtait son soulier et le donnait à son parent : c’était là le témoignage de la cession en Israël.

8 Booz dit donc à son parent : Otez votre soulier. Et lui l’ayant aussitôt ôté de son pied,

9 Booz dit devant les anciens et devant tout le peuple : Vous êtes témoins aujourd’hui que j’acquiers tout ce qui a appartenu à Elimélech, à Chélion et à Mahalon, l’ayant acheté de Noémi ;

10 et que je prends pour femme Ruth, Moabite, femme de Mahalon : afin que je lasse revivre le nom du défunt dans son héritage, et que son nom ne s’éteigne pas dans sa famille parmi ses frères et parmi son peuple. Vous êtes, dis-je, témoins de ceci.

11 Tout le peuple qui était à la porte et les anciens répondirent : Nous en sommes témoins. Que le Seigneur rende cette femme qui entre dans votre maison, comme Rachel et Lia, qui ont établi la maison d’Israël : afin qu’elle soit un exemple de vertu dans Ephrata, et que son nom soit célèbre dans Bethléhem ;

12 que votre maison devienne comme la maison de Pharès, que Thamar enfanta à Juda, par la postérité que le Seigneur vous donnera de cette jeune femme.

13 Booz prit donc Ruth, et l’épousa : et après qu’elle fut mariée, le Seigneur lui fit la grâce de concevoir et d’enfanter un fils.

14 Et les femmes dirent à Noémi : Béni soit le Seigneur qui n’a point permis que votre famille fût sans successeur, et qui a voulu que son nom se conservât dans Israël ;

15 afin que vous ayez un enfant qui console votre âme, et qui vous nourrisse dans votre vieillesse : car il vous est né un enfant de votre belle-fille qui vous aime, et qui vous vaut beaucoup mieux que si vous aviez sept fils.

16 Noémi ayant pris l’enfant, le mit dans son sein, et elle le portait, et lui tenait lieu de nourrice.

17 Les femmes, ses voisines, s’en conjouissaient avec elle, en disant : Il est né un fils à Noémi ; et elles l’appelèrent Obed : c’est lui qui fut père d’Isaï, père de David.

18 Voici la suite de la postérité de la famille de Phares : Pharès fut père d’Esron ;

19 Esron, d’Aram ; Aram, d’Aminadab ;

20 Aminadab, de Nahasson ; Nahasson, de Salmon ;

21 Salmon, de Booz ; Booz, d’Obed ;

22 Obed, d’Isaï ; et Isaï fut père de David.





ROIS


LIVRE PREMIER.
__________



IL y avait dans les montagnes d’Ephraïm un homme de la ville de Ramatha surnommée Sophim, qui s’appelait Elcana : il était le fils de Jéroham, fils d’Esliu, fils de Tohu, fils de Suph, et était établi dans la tribu d’Ephraïm.

2 Il avait deux femmes, dont l’une s’appelait Anne, et la seconde Phénenna. Phé-