Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/1013

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



5 Mais ils rendront compte à celui qui est tout prêt à juger les vivants et les morts.

6 Car c’est pour cela que l’Évangile a été aussi prêché aux morts, afin qu’ayant été punis devant les hommes selon la chair, ils reçussent devant Dieu la vie de l’esprit.

7 Au reste, la fin de toutes choses s’approche : conduisez-vous donc avec sagesse, et soyez vigilants dans la prière.

8 Mais surtout ayez une charité persévérante les uns pour les autres : car la charité couvre beaucoup de péchés.

9 Exercez entre vous l’hospitalité, sans murmurer.

10 Que chacun de vous rende service aux autres, selon le don qu’il a reçu, comme étant de fidèles dispensateurs des différentes grâces de Dieu.

11 Si quelqu’un parle, qu’il paraisse que Dieu parle par sa bouche. Si quelqu’un exerce quelque ministère, qu’il y serve comme n’agissant que par la vertu que Dieu lui donne : afin qu’en tout ce que vous faites, Dieu soit glorifié par Jésus-Christ, auquel appartient la gloire et l’empire dans les siècles des siècles. Amen !

12 Mes chers frères, ne soyez point surpris lorsque Dieu vous éprouve par le feu des afflictions, comme si quelque chose d’extraordinaire vous arrivait.

13 Mais réjouissez-vous plutôt de ce que vous participez aux souffrances de Jésus-Christ, afin que vous soyez aussi comblés de joie dans la manifestation de sa gloire.

14 Vous êtes heureux si vous souffrez des injures et des diffamations pour le nom de Jésus-Christ ; parce que l’honneur, la gloire, la vertu de Dieu, et son Esprit, reposent sur vous.

15 Mais que nul de vous ne souffre comme homicide, ou comme larron, ou comme faisant de mauvaises actions, ou comme se mêlant d’affaires qui ne le regardent pas.

16 S’il souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point de honte, mais qu’il en glorifie Dieu.

17 Car voici le temps où Dieu doit commencer son jugement par sa propre maison ; et s’il commence par nous, quelle sera la fin de ceux qui rejettent l’Évangile de Dieu ?

18 Si le juste même se sauve avec tant de peine, que deviendront les impies et les pécheurs ?

19 C’est pourquoi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu, persévérant dans les bonnes œuvres, remettent leurs âmes entre les mains de celui qui en est le Créateur, et qui leur sera fidèle.



VOICI donc la prière que je fais aux prêtres qui sont parmi vous, moi qui suis prêtre comme eux, et de plus témoin des souffrances de Jésus-Christ, et devant avoir part à cette gloire qui doit être un jour manifestée :

2 Paissez le troupeau de Dieu dont vous êtes chargés, veillant sur sa conduite, non par une nécessité forcée, mais par une affection toute volontaire, qui soit selon Dieu ; non par un honteux désir du gain, mais par une charité désintéressée ;

3 non en dominant sur l’héritage du Seigneur, mais en vous rendant les modèles du troupeau, par une vertu qui naisse du fond du cœur.

4 Et lorsque le Prince des pasteurs paraîtra, vous remporterez une couronne de gloire qui ne se flétrira jamais.

5 Et vous autres qui êtes jeunes, soyez aussi soumis aux prêtres. Tâchez tous de vous inspirer l’humilité les uns aux autres : parce que Dieu résiste aux superbes, et donne sa grâce aux humbles.

6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève dans le temps de sa visite ;

7 jetant dans son sein toutes vos inquiétudes, parce qu’il a soin de vous.

8 Soyez sobres, et veillez : car le démon, votre ennemi, tourne autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer.

9 Résistez-lui donc, en demeurant fermes dans la foi, sachant que vos frères qui sont répandus dans le monde, souffrent les mêmes afflictions que vous.

10 Mais je prie le Dieu de toute grâce, qui nous a appelés en Jésus-Christ à son éternelle gloire, qu’après que vous aurez souffert un peu de temps, il vous perfectionne, vous affermisse, et vous établisse comme sur un solide fondement.

11 À lui soit la gloire et l’empire dans les siècles des siècles ! Amen !

12 Je vous ai écrit assez brièvement, ce me semble, par notre cher et fidèle frère Silvain ; vous déclarant et vous protestant que la vraie grâce de Dieu est celle dans laquelle vous demeurez fermes.

13 L’Église qui est dans Babylone, et qui est élue comme vous, et mon fils Marc, vous saluent.

14 Saluez-vous l’un l’autre par un saint baiser. Que la grâce soit avec vous tous, qui êtes en Jésus-Christ ! Amen !