Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/1000

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



2 auquel aussi Abraham donna la dîme de tout ce qu’il avait pris ; qui s’appelle premièrement, selon l’interprétation de son nom, Roi de justice, puis Roi de Salem, c’est-à-dire, Roi de paix ;

3 qui est sans père, sans mère, sans généalogie ; qui n’a ni commencement ni fin de sa vie, étant ainsi l’image du Fils de Dieu, demeure prêtre pour toujours.

4 Considérez donc combien grand il doit être, puisque le patriarche même Abraham lui donna la dîme de ses dépouilles.

5 Aussi ceux qui étant de la race de Lévi entrent dans le sacerdoce, ont droit, selon la loi, de prendre la dîme du peuple, c’est-à-dire, de leurs frères, quoique ceux-ci soient sortis d’Abraham aussi bien qu’eux.

6 Mais celui qui n’a point de place dans leur généalogie, a pris la dîme d’Abraham, et a béni celui à qui les promesses ont été faites.

7 Or il est sans contredit que celui qui reçoit la bénédiction, est inférieur à celui qui la lui donne.

8 En effet, dans la loi ceux qui reçoivent la dîme sont des hommes mortels ; au lieu que celui qui la reçoit ici, n’est représenté que comme vivant.

9 Et de plus Lévi, qui reçoit la dîme des autres, l’a payée lui-même, pour ainsi dire, en la personne d’Abraham ;

10 puisqu’il était encore dans Abraham, son aïeul, lorsque Melchisédech vint au devant de ce patriarche.

11 Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits, qu’aurait-il été besoin qu’il se levât un autre prêtre, qui fût appelé prêtre selon l’ordre de Melchisédech, et non pas selon l’ordre d’Aaron ?

12 Or le sacerdoce étant changé, il faut nécessairement que la loi soit aussi changée.

13 En effet celui dont ces choses ont été prédites, est d’une autre tribu, dont nul n’a jamais servi à l’autel ;

14 puisqu’il est certain que Notre-Seigneur est sorti de Juda, qui est une tribu à laquelle Moïse n’a jamais attribué le sacerdoce.

15 Et ceci paraît encore plus clairement en ce qu’il se lève un autre prêtre selon l’ordre de Melchisédech,

16 qui n’est point établi par la loi d’une ordonnance et d’une succession charnelle, mais par la puissance de sa vie immortelle ;

17 ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : Vous êtes le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech.

18 Car la première ordonnance touchant le sacerdoce est abolie comme impuissante et inutile :

19 parce que la loi ne conduit personne à une parfaite justice ; mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu, a été substituée en sa place.

20 Et autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment ;

21 (car au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que vous serez le prêtre éternel selon l’ordre de Melchisédech ;)

22 autant est-il vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant, est plus parfaite que la première.

23 Aussi y a-t-il eu autrefois successivement plusieurs prêtres, parce que la mort les empêchait de l’être toujours.

24 Mais comme celui-ci demeure éternellement, il possède un sacerdoce qui est éternel.

25 C’est pourquoi il peut sauver pour toujours ceux qui s’approchent de Dieu par son entremise, étant toujours vivant pour intercéder pour nous.

26 Car il était bien raisonnable que nous eussions un pontife comme celui-ci, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux ;

27 qui ne fût point obligé comme les autres pontifes à offrir tous les jours des victimes, premièrement pour ses propres péchés, et ensuite pour ceux du peuple ; ce qu’il a fait une fois en s’offrant lui-même.

28 Car la loi établit pour pontifes des hommes faibles ; mais la parole de Dieu, confirmée par le serment qu’il a fait depuis la loi, établit pour pontife le Fils, qui est saint et parfait pour jamais.



MAIS ce qui met le comble à tout ce que nous venons de dire, c’est que le pontife que nous avons est si grand, qu’il est assis dans le ciel à la droite du trône de la souveraine Majesté ;

2 étant le ministre du sanctuaire, et de ce véritable tabernacle que Dieu a dressé, et non pas un homme.

3 Car tout pontife est établi pour offrir à Dieu des dons et des victimes : c’est pourquoi il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose qu’il puisse offrir.

4 Si donc c’était quelqu’une des choses qui sont sur la terre, il n’aurait point du tout été prêtre, y en ayant déjà pour offrir des dons selon la loi,

5 et qui rendent en effet à Dieu le culte qui consiste en des figures et des ombres des choses du ciel ; ainsi que Dieu dit à Moïse, lorsqu’il devait dresser le tabernacle : Ayez soin de faire tout selon le modèle qui vous en a été montré sur la montagne.