Page:Lefebvre - Jean Rhobin, 1946.djvu/137

Cette page a été validée par deux contributeurs.
135
JEAN RHOBIN

Nous n’avons pas que le seul devoir de conserver les droits transmis par les aïeux. Le vrai patriotisme nous oblige à continuer, dans la voie déjà tracée, à élargir la route, à créer nos propres souvenirs, si nous voulons, nous aussi, mourir et dormir notre dernier sommeil sous le drapeau des patriotes de notre histoire.

Oui ! Nous avons commencé, je le répète, à nous débarrasser de l’esprit de parti.

C’est aussi un grand réconfort, pour nous, Canadiens-français, de constater que nos hommes politiques présents deviennent, de jour en jour, plus prudents, plus sages. De plus en plus, ils semblent s’intéresser aux grands besoins du jour. Avant longtemps notre peuple saura se tenir en équilibre au milieu du monde si durement secoué par les cataclysmes modernes.

***

Le docteur Blondin vit toujours. Il ne vieillit point. Il devient de plus en plus chimérique. Il en est rendu aux tables tournantes, à la théosophie, à la préexistence des âmes, à la métempsychose. Il n’a pas vieilli. Il ne vieillira jamais. Pèlerin de l’absolu, il continue de chercher