Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.


laume et toi zigouillent les deux frères. Aussi, je te conseille…

Il n’acheva pas. Se retournant vers la jeune fille, entre deux virages, il aperçut une tête et un buste qui le séparaient d’elle, une tête grimaçante et un buste encombrant qui le poussait dans son coin. Et une voix ricana :

— Comment vas-tu, vieux camarade ?

L’homme fut ahuri. Une embardée faillit les jeter tous trois dans un ravin. Il bredouilla :

— Cristi de cristi ! Qu’est-ce que c’est que ce coco-là ? D’où sort-il ?

— Comment ! dit Raoul, tu ne me remets pas ? Puisque tu parles du rapide, tu dois te souvenir, voyons ? le type que tu as cogné dès le début ? le pauvre bougre auquel tu as barboté vingt-trois billets ? Mademoiselle me reconnaît bien, elle ? N’est-ce pas ? mademoiselle, vous reconnaissez le monsieur qui vous a emportée dans ses bras, cette nuit-là, et que vous avez quitté pas très gentiment ?

La jeune fille se tut, courbée au-dessous de sa capeline. L’homme continuait de balbutier :

— Qu’est-ce que c’est que c’t’oiseau-là ? D’où sort-il ?

— De la villa Faradoni, où j’avais l’œil sur toi. Et maintenant faut s’arrêter pour que mademoiselle descende.

L’individu ne répondit pas. Il força l’allure.

— Tu fais le méchant ? T’as tort, camarade. Tu as dû voir dans les journaux que je te ménageais. Pas soufflé mot de toi, et, par suite, c’est moi qu’on accuse d’être le chef de la bande ! moi, voyageur inoffensif,