Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/62

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ajouté au crayon bleu cette date : 28 avril. Le 28 avril c’est après-demain mercredi.

Raoul n’était pas sans éprouver quelque déception. Sa jolie compagne d’un soir, une voleuse ! Et sa déception était d’autant plus grande qu’il ne pouvait protester contre une accusation que justifiaient de si nombreux détails et qui expliquait par exemple la clairvoyance de l’Anglaise à son égard. Associée à une bande de voleurs internationaux, elle possédait sur les uns et sur les autres des indications qui lui avaient permis d’entrevoir, derrière Raoul de Limézy, la silhouette d’Arsène Lupin.

Et ne devait-on pas croire que, à l’instant de sa mort, les paroles qu’elle s’efforçait vainement d’émettre étaient des paroles d’aveu et des supplications de coupable qui s’adressaient justement à Lupin : « Défendez ma mémoire… Que mon père ne sache rien !… Que mes papiers soient détruits !… »

— Alors, monsieur le commissaire, c’est le déshonneur pour la noble famille des Bakefield ?

— Que voulez-vous !… fit Marescal.

Raoul reprit :

— Cette idée ne vous est pas pénible ? Et, de même, cette idée de livrer à la justice une jeune femme comme celle qui vient de nous échapper ? Car elle est toute jeune, n’est-ce pas ?

— Toute jeune et très jolie.

— Et malgré cela ?

— Monsieur, malgré cela et mal-