Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Faites semblant de dormir, d’être évanouie… Enfermez votre tête entre vos bras croisés… Et ne bougez pas…

— S’il essaye de me voir ? S’il me reconnaît ?

— Ne lui répondez pas… Quoi qu’il advienne, pas un seul mot… Marescal n’agira pas tout de suite… il réfléchira… Et alors…

Raoul n’était pas tranquille. Il supposait bien que Marescal devait être anxieux de savoir s’il ne se trompait pas et si le bandit était réellement une femme. Il allait donc procéder à un interrogatoire immédiat, et, en tout cas, jugeant la précaution insuffisante, inspecter lui-même la prison.

De fait, le commissaire s’écria aussitôt, d’un ton joyeux :