Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Qu’y a-t-il ? Ah ! parfait, les gendarmes… Je ne me trompe pas, n’est-ce pas ?

On lui répondit :

— Le chef de gare m’envoie vers vous, monsieur le commissaire.

— C’est vous, brigadier ? Il y a eu des arrestations ?

— Une seule, monsieur le commissaire. Un de ceux que l’on poursuivait est tombé de fatigue sur la grand’route, tandis que nous arrivions à un kilomètre d’ici. L’autre a pu s’échapper.

— Et le médecin ?

— Il faisait atteler, à notre passage. Mais il avait une visite en chemin. Il sera là d’ici quarante minutes.

— C’est le plus petit des deux que vous avez arrêté, brigadier ?

— Un petit tout pâle… avec une casquette trop grande… et qui pleure… et qui fait des promesses : « Je parlerai, mais à M. le juge seulement… Où est-il, M. le juge ? »

— Vous l’avez laissé à la station, ce petit-là ?

— Sous bonne garde.

— J’y vais.

— Si ça ne vous contrarie pas, monsieur le commissaire, je voudrais d’abord voir comment ça s’est passé dans le train.

Le brigadier monta, avec un gendarme… Marescal le reçut en haut des marches, et tout de suite le conduisit devant le cadavre de la jeune Anglaise.

— Tout va bien, se dit Raoul, qui n’avait pas perdu un mot du dialogue. Si le pommadé commence ses