Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/276

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Cinq mille pour toi… Deux pour Guillaume.

Celui-ci ne put s’empêcher de dire :

— J’accepte.

— Et toi, Jodot ?

— Peut-être, fit l’autre. Mais il faudrait un gage, une avance.

— Un trimestre, ça va-t-il ? Demain à trois heures, rendez-vous, à Clermont-Ferrand, place Jaude, et remise d’un chèque.

— Oui, oui, dit Jodot, qui se méfiait. Mais rien ne me prouve que demain le baron de Limésy ne me fera pas arrêter.

— Non, car on m’arrêterait en même temps.

— Vous ?

— Parbleu ! La capture serait meilleure que tu ne supposes.

— Qui êtes-vous ?

— Arsène Lupin.

Le nom eut un effet prodigieux sur Jodot. Il s’expliquait maintenant la ruine de tous ses plans et l’ascendant que cet homme exerçait sur lui.

Raoul, répéta :

— Arsène Lupin, recherché par toutes les polices du monde. Plus de cinq cents vols qualifiés, plus de cent condamnations. Tu vois, on est fait pour s’entendre. Je te tiens. Mais tu me tiens, et l’accord est signé, j’en suis sûr. J’aurais pu tout à l’heure te casser la tête. Non. J’aime autant une transaction. Et puis, je t’emploierai au besoin. Tu as des défauts, mais de rudes qualités. Ainsi la manière dont tu m’as filé jusqu’à Clermont-Ferrand, c’est de premier ordre, puisque je n’ai pas encore compris. Donc tu as ma parole, et la parole de Lupin… c’est de l’or. Ça colle ?