Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/261

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Mon Dieu ! mon Dieu ! dit-il, éperdu, que faites-vous ?

Elle murmura :

— Je vous aime.

Les yeux verts brillaient dans la demi-obscurité. Il entendait battre le cœur de la jeune fille, et jamais il n’avait éprouvé une telle joie.

Elle reprit tendrement, en lui entourant le cou de ses bras :

— Je vous aime. Voyez-vous, Raoul, c’est là mon grand et mon seul secret. L’autre ne m’intéresse pas. Mais celui-là c’est toute ma vie ! et toute mon âme ! Je vous ai aimé tout de suite, sans vous connaître, avant même de vous voir… Je vous ai aimé dans les ténèbres, et c’est pour cela que je vous détestais… Oui, j’avais honte… Ce sont vos lèvres qui m’ont prise, là-bas, sur la