Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/256

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cherchait toutes les occasions de la rassurer par l’insouciance de ses discours. Non, pas de miracles. Seulement je raisonne et j’agis selon les circonstances. Parce que je ne vous ai jamais interrogée sur vos souvenirs d’enfance, et que cependant je vous ai conduite ici, parmi les paysages que vous aviez contemplés, vous me considérez comme une espèce de sorcier. Erreur. Tout cela fut affaire de raisonnement et de réflexion, et je ne disposais pas de renseignements plus précis que les autres. Jodot et ses complices connaissaient aussi la bouteille et avaient lu, comme moi, la formule inscrite sous le nom d’Eau de Jouvence.

» Quelle indication en ont-ils tirée ? Aucune. Moi, je me suis enquis, et j’ai vu que presque toute la formule reproduit exactement, sauf une ligne, l’analyse des eaux de Royat, une des principales stations thermales d’Auvergne. Je consulte les cartes d’Auvergne et j’y découvre le village et le lac de Juvains (Juvains, contraction évidente du mot latin Juventia, qui signifie Jouvence). J’étais renseigné. En une heure de promenade et de bavardage à Juvains, je me rendais compte que le vieux M. de Talençay, marquis de Carabas de tout ce pays, devait être au centre même de l’aventure, et je me présentai à lui comme votre envoyé. Dès qu’il m’eut révélé que vous étiez venue jadis le dimanche et le lundi de l’Assomption, c’est-à-dire le 14 et le 15 août, j’ai préparé notre expédition pour ce même jour. Précisément le vent souffle du nord comme autrefois.