Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Ma foi, non !… le hasard… Ils se promenaient par là… et nous causions… Mais, pour peu que cela vous contrarie…

Il entra, et vit les deux valises.

— Eh ! eh ! un petit voyage… Une minute de plus… et ma mission échouait.

— Monsieur Marescal, prononça fermement Brégeac, si vous avez une mission à remplir, une communication à me faire, finissons-en, et tout de suite, ici même.

Le commissaire se pencha, et durement :

— Pas de scandale, Brégeac, pas de bêtises. Personne ne sait encore rien, pas même mes hommes. Expliquons-nous dans votre cabinet.

— Personne ne sait rien… de quoi, monsieur ?

— De ce qui se passe, et qui a quelque gravité. Si votre belle-fille ne vous en a pas parlé, peut-être avouera-t-elle qu’une explication, sans témoins, est préférable. C’est votre avis, mademoiselle ?

Blanche comme une morte, sans quitter la rampe, Aurélie semblait prête à défaillir.

Brégeac la soutint et déclara :

— Montons.

Elle se laissa conduire, Marescal prit le temps de faire entrer ses hommes.

— Ne bougez pas du vestibule, tous les trois, et que personne n’entre ni ne sorte, hein ! Vous, le domestique, enfermez-vous dans votre cuisine. S’il y avait du grabuge là-haut, je donne un coup de sifflet, et Sauvinoux arrive à la rescousse. Convenu ?

— Convenu, répondit Labonce.