Page:Le financier et le savetier.pdf/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ensemble.

LARFAILLOU.
––––––––––J’ai des millions (bis),
––––––Mais des vrais millions d’argent blanche !
––––––––––J’ai des millions,
––––––Je veux m’habiller le dimanche
––––––––––Comm’ deux lions.
––––––Ô saint Crépin, je te renie.
––––––––––Et pour patron
––––––––––Je prends le bon
––––––––––Saint Emilion.

BELAZOR.
––––––––––De nos millions
––––––Tu n’as que la première manche :
––––––––––Mais nous verrons :
––––––Nous allons faire la revanche
––––––––––En vrais lions.
––––––Rassurez-vous, je vous en prie ;
––––––––––Pas un million
––––––Ne sortira de la maison.

LARFAILLOU.
––Bigre ! la belle malle ! encore ce coup-ci ;
––Mais je veux, si je gagne, avoir la malle aussi ?

BELAZOR.
–––––––Ce coffret dans ma famille
–––––––Est depuis dix-neuf cents ans :
–––––––C’est lui qui berça ma fille
–––––––Dedans ses généreux flancs.
–––––––Pensez, monsieur, quelle moue
–––––––Feront mes nobles aïeux,
–––––––En constatant que je joue
–––––––Un coffret si précieux !

LARFAILLOU.
–––––––Je suis touché de son récit,
–––––––Et de pleurs mon œil s’obscurcit.
ensemble.
–––––––Ce coffret dans sa famille, etc.

LARFAILLOU.
––Nous ne somme pas là pour rire… le temps presse !
––––––––Voyons, décidez-vous !

BELAZOR.
–––––––Eh bien, tout va, la pièce !

LARFAILLOU.
––––––Le coup est très-intéressant !

BELAZOR.
––––––Allons !

LARFAILLOU.
––––––Allons ! Gagné !