Page:Le financier et le savetier.pdf/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LARFAILLOU.
––––––Bon ! deux millions d’argent comptant !

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Banquo ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Banquo ! Gagné ! C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Quatre millions ! tambour battant !

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Banquo ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Banquo ! Gagné ! C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Huit millions, messieurs ! c’est tentant !

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Banquo ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Banquo ! Gagné ! C’est épatant !

LARFAILLOU.
––––––Seize millions ! c’est palpitant !

BELAZOR.
––––––Banquo !

LARFAILLOU.
––––––Banquo ! Gagné !

PREMIER INVITÉ.
––––––Banquo ! Gagné ! C’est épatant !

LARFAILLOU.
––Allons, messieurs ! allons ! du courage à la poche !
––Vous vous découragez pour ces quelques chiffons !

BELAZOR.
––Non pas, monsieur, non pas !
(Il fait un signe à un domestique.)
––Non pas, monsieur, non pas ! Germanicus, approche.
––Va me chercher le coffre aux trente-deux millions !
––––––Diable ! mais je m’enfile un peu !

LARFAILLOU.
––––––Moi, j’ai de la veine à ce jeu.
(Le domestique rentre avec le coffre.)