Page:Le financier et le savetier.pdf/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Aimable jeune homme
Nous fuirions bientôt
Vers le doux royaume
Où l’on s’aime trop !


LARFAILLOU.

Avec ton jeune homme
Tu fuirais bientôt
Vers le doux royaume
Où l’on s’aime trop !

Pour devenir prince, que faire ?

AUBÉPINE.
Dam’ ! cherchez !

LARFAILLOU.
Dam’ ! cherchez ! Si je m’engageais
Dans les zouaves ?

AUBÉPINE.
Dam’ ! cherchez ! Je ne sais
Qu’un bon moyen pour que mon père
Nous donne son consentement…

LARFAILLOU.
Quoi ?

AUBÉPINE.
Quoi ? Devenez follement riche !

LARFAILLOU.
Mais…

AUBÉPINE.
Mais… Un gendre follement riche
Le séduirait certainement…

LARFAILLOU.
Devenir riche ?… mais comment ?
(Il se dirige vers la porte.)

AUBÉPINE.

Que possédez-vous ?


LARFAILLOU.

Que possédez-vous ? Rien !… ah ! si fait, cent écus
xxxxxxxQue tout à l’heure j’ai reçus !


AUBÉPINE.

Que possédez-vous ? Cent écus !


LARFAILLOU.

Que possédez-vous ? Rien de plus !


AUBÉPINE.

C’est une ressource
Que ces cent écus.
Prenez votre course
Et, sans tarder plus,
Courez à la Bourse :
Là, vos cent écus
Deviendrons la source
D’un million et plus.