Ouvrir le menu principal

Page:Le bien universel ou les formies mystique Le bien universel ou les formies mystiques, Du celebre Docteur Jean Nider, de l'Ordre des Freres Prescheurs.pdf/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’ordinairement les justes seuls, douez de grande vertu & de merites, jouissent de ces visions & revelations divines ; toutes-fois la misericorde de Dieu est telle, pour attirer les pecheurs à soy, & les depetrer de leurs vices, & des embaras du monde, qu’il leur a souvent fait voir les peines qu’endurent les ames pour leurs pechez apres leur trespas : ce que selon l’Evangile. Abraham ne fit pas à l’instance du riche glouton, pour adviser ses freres de se convertir à Dieu, & ne venir aux enfers. La seconde maniere de voir des choses merveilleuses, provient d’infirmité des sens interieurs, ou de la fantasie : & cette maladie est appellée manie. Le B. Albert le Grand en son troisiesme livre De Somne & Vigilia, traitte de ces maux ; & aussi Avicenna & Galenus en leurs œuvres des melancoliques : par cette maladie ceux qui en sont affligez voient des merveilleuses illusions, & ce naturellement. En troisième lieu les Demons causent aussi des admirables visions & illusions : desquelles on peut produire beaucoup d’exemples.

HISTOIRES.

Quelques apparitions des SS. Escritures, & autres ; & leurs significations.


NOstre Seigneur allant faire des punitions, il donna tousjours advis aux fideles à son service de fuïr les effects de sa divine Justice ; & pour le redoutable fleau de la guerre on en vit de tous temps signes avantcouriers : comme pour exemple, de nuict, des armées apparoistre, des chevaux, des chariots. Par semblables visions aussi, ou illusions, les Demons surprennent souvent les ignorants : & ils monstrent quelquesfois les gehennes que les damnez endurent en l’eternité d’enfer. Les saintes Escritures proposent des revelations à admirer. Josuë en la terre promise, allant pour s’emparer de la ville de Hierico, il vit debout dans une campagne contre luy, un Ange armé avec l’espée nuë en la main : & demandant s’il estoit adversaire, ou des enfans d’Israël ; il apprit qu’il estoit envoié de Dieu, un Ange du Ciel, qui venoit regir le peuple : lors Josuë prosterné par terre en reverence pour ce Prince de la Cour celeste, venu à son secours, adora Dieu. Es livres des Machabeens on voit un autre vision ; Un certain Heliodore venant avec puissance ennemye pour despouiller le temple de ses grandeurs & richesses, un cheval apparut en ce temple de Hierusalem, monté d’un terrible chevalier accompagné d’autres deux jeunes decorez de vertu, de tres-glorieuse bonté, la richesse de leurs habits relevant l’esclat de