Ouvrir le menu principal

Page:Le bien universel ou les formies mystique Le bien universel ou les formies mystiques, Du celebre Docteur Jean Nider, de l'Ordre des Freres Prescheurs.pdf/412

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la figure de quatre chevaux, dont le premier est blanc, le second roux, le troisiesme noir, & le quatriesme pasle. Le cheval blanc portant un archer triomphant & vainqueur, signifie nostre Sauveur, ou son innocence : le roux represente ceux qui sous les apparences de Religion, deçoivent les hommes en simulant de la devotion, & de la vertu. Le noir signifie ceux qui sont appertement vicieux, soit qu’ils declarent par les œuvres de penitence s’en despouïller ou les desraciner, ou autrement. Et par la couleur pasle, comme d’un mort, selon la Glosse Ordinaire sont signifiez ceux qui persecutent, ou se piquent d’envie, contre les justes, pieux, & devots ; Et par ceux qui sont portez sur ces chevaux ainsi coulorez sont signifiez autant de Demons, qui ont empire sur ces vicieux. Autant de sortes des diables se trouvent pour informer & gouverner les trouppes de gens vicieux, qu’on en rencontre se veautrants & trempans en diverses genres de vice. Pour exemple les larrons & voleurs ont un diable avec empire & puissance sur eux : & les autres ont ainsi des diables qui les detiennent en leurs vices : ce qu’on voit és blasphemateurs, luxurieux, superbes, yvrognes, & autres.

Qui pourrait raconter les diverses manieres, dont les Demons president sur les sorciers, magiciens, & autres superstitieux, il les gouvernent, ils en ont leurs sens pleins d'illusions estranges, & trompeuses : ils s’estiment estre portez des diables, comme par des chevaux volants : ils portent par tout où ils se retrouvent, en quelque façon le diable, triomphant d’avoir recouvert fur ces miserables obstinez la puissance, qu’il avoit perdu, par leur Foy Catholique & leur Baptesme. Il les precipite & detient en divers genres & especes de vices les plus horribles : qui les font abominables, & ils en sont plus noirs que le charbon, selon le dire du Prophete : Leurs faces, dit-il, sont plus noirs que les charbons : & ils ne sont pas cognus parmy les ruës. Dans l’exile de ce monde, & la prison du corps mortel, l’esprit humain dans l’oppression, est sujet à diverses sortes d’illusions de sa fantasie, dont nous traiterons és Chapitres suivants de ce livre. A present nous verrons trois sortes de visions interieures ou exterieures, rares & merveilleuses. La premiere sorte de vision se fait, par faveur & grace divine, par laquelle tous les Prophetes ont cognu les choses, qu’humainement il leur estoit impossible de sçavoir, soit passez, soit futures, ou absentes. Et de ces visions prophetiques nous en avons traitté au troisiesme livre. Or encore