Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/419

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Con cil que fine amor guerroie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-1.png
Diex ! je ne porroie sans celui durer
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-2.png
Qui me tient en joie.[1]

Quant Cointeriaus li singes l’ot,
Dedens son cuer grant doel en ot ;
Sanlant fait que nes oïst mie,
Et pour lui couvrir par voisdie

Canta en iaus tornant le dos :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-3.png
Dieus ! je me mariai trop tos,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-4.png
6880De moi marier fui trop fos.

Es-vous Beline la brebis
Ki descendi au perron bis
Moult joliement atournée,
Et quant ele fu desmontée,

Par grant jolieté canta :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d419-5.png
Dont vient li maus d’amer ki m’ocira ?
  1.  

      38 Amours ne m’ont pas gerpi,
    Ains me destraignent forment

    7615
    2739
    A ma Dame servir fu mis mon
    Cuer et moi