Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/418

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Com cius ki aime de grant foi.
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-1.png
A ma Dame siervir ai mis mon cuer et moi.[1]
Et quant cius ot son cant canté,

Cele en cantant a haut crié

Ce chant cler et haut de cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-2.png
6860 J’ai amé et tous jours amerai.[2]

Atant es-vous Dame Boursée
Le singesse moult escoursée,

Chantant ce rondet de cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d418-3.png
De capelet de parvenche novelet ami ferai.
Tout si en cantant descendi,

Sinsons li mainmonnés l’oï
Ki l’avoit amée grant tans,
Acolée l’a par les flans,
Si le mist jus dou palefroi,
6870Car il l’amoit en boine foi ;
Et pour l’amour k’il ot à li,
Dist en haut ce motet joli


  1.  

    2736 Hé ! amouretes, m’ocirrés vous dont.

  2.  

        69 Onques mais Dame en sa vie
    N’ot cuer si gai conme j’ai,
    Amours en merci, par li l’ai.