Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/396

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et au premier mès aporter
Fist Renart Renardiel canter

Cest cant. Cius le dist liement :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d396-1.png
Amoureusement mi tient por vous,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d396-2.png
6360Dame, li maus que je sens.[1]

Dont pria Renart la Roïne,
Douce Dame, par amour fine
Dites nous une chançonnette.
Droiz est que je m’en entremette,
Renart, puis que vous le voulez,
Et de moi ert cest chanz chantez

Que meintenant pourroiz oïr :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d396-3.png
Mariz pour jalous vous poez tenir,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d396-4.png
Mais coux ne di-je mie, mais tost
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d396-5.png
Puet advenir.

Quant ceste chançon fu finée
6370Qui volentiers fu escoutée,

  1.  

    38 Amours ne m’ont pas guerpi
    Ains me destraignent forment.