Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/327

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d327-1
Diex ! comment porroie sans celui du-rer
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d327-2
Qui me tient en joie.[1]
Enpriès la Roïne canta

4570Con cele cui moult anoia
De çou c’à la buske failli,
A haute vois a dit ensi

Ce cant, puis s’en fuit le grant cours :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d327-3
Se j’ai pierdues mes amours,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d327-4
Diex m’en renvoit unes millours !
Quant Harouge voit que s’en va,

Ele s’eskieut, apriès ala,
Et Hiersens tant que consiuwie
L’ont, si li portent conpaignie,
Et pour le Dame conforter
4580Prist Harouge en haut à canter
Ce cant d’un dous son quassement :

  1.  

        38 Ke ferai-je donques
    Se je ne m’en voise
    7615 Ne sui pas lez mon ami.
    2736 Ne sCe poise mi,
    Qui veult si m’en croie.