Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lor en est : au tré Grimbiert sunt
Venu, et lor cors armés ont
De pourpoins et de haubregons,
De plates et de gambisons.
Parmi l’ost s’en vont à laron
1760Devant eaus Grimbiert le taisson
Ki les conduit et ki les maine
Il et se maisnie demaine,
A piet sans lances, bien armé
Dusqu’à Malpertuis n’ont cessé.
Ens entrent par la maistre porte
Ki à merveilles estoit forte,
Et Roussiaus cante à haute alaine :

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d203-Portée 1 sans paroles
Ensi doit entrer en ville qui amors
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d203-Portée 2 sans paroles
Maine, qui amours maine.

En la porte entrent tuit cantant,
1770Contre eaus vienent petit et grant,
Tuit font joie par le castiel
De çou que tout sain r’ont Roussiel.
Contre son fil od ses pucieles
Vint Dame Emme, car les novieles
Li ot dit une cambouriere.
Devant vint, ne mie desriere,
Cantant clerement à haus cris :