Page:Le Grand Meaulnes.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.


se justifiait, l’autre qui gourmandait, avec indignation et tristesse à la fois :

— Mais malheureux ! disait celle-ci, pourquoi ne m’avoir pas dit…

Et nous ne distinguions pas la suite, bien que tout le monde prêtât l’oreille. Puis tout se tut soudainement. L’altercation se poursuivit à voix basse ; et les gamins des hauts gradins commencèrent à crier :

— Les lampions, le rideau !

et à frapper du pied.