Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.

celui des plastides qu’il contient, il sera donc modifié très rapidement par l’activité chimique des éléments histologiques, d’où pour ces éléments des alternatives d’assimilation et de destruction entraînant des variations quantitatives ; la corrélation est même si étroite entre les éléments du milieu intérieur que la variation d’un seul d’entre eux retentira immédiatement sur tous les autres, d’une manière plus ou moins manifeste.

La mort élémentaire surviendrait forcément très vite pour tous les éléments plongés dans le milieu intérieur si ce milieu n’était sans cesse renouvelé, à mesure qu’il s’épuise en substances alimentaires et se charge de substances excrémentitielles. Le renouvellement de ce milieu intérieur est ce qu’on appelle la vie de l’être polyplastidaire. Il n’est possible que grâce à une coordination définie existant entre les éléments de l’association et telle que l’activité de ces éléments renouvelle précisément le milieu intérieur.

Nous verrons plus loin comment le véritable principe énoncé par Darwin, c’est-à-dire la sélection naturelle appliquée aux individualités supérieures, explique l’existence de cette coordination chez les êtres vivant actuellement. Contentons-nous pour le moment, cette coordination étant considérée comme établie, de voir quelles en sont les conséquences pour les éléments histologiques des êtres élevés en organisation.

D’abord, le renouvellement du milieu intérieur se faisant avec une rapidité qui a une limite, le nombre des éléments qui, y puisant leur nourriture, peuvent être en même temps à la condition d’assimilation, a aussi une limite et les autres sont à la condition de destruction pendant le même intervalle. Il y a donc,