Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/173

Cette page a été validée par deux contributeurs.


christianisme — Hasdaï Crescas et Joseph ibn Schem Tolb. — Les attaques contre le Nouveau-Testament. — Les Nizachon et le Livre de Joseph le Zélateur. — Le Toledot Jeschu. — Attaques contre les apostats. — Isaac Pulgars, Don Vidal ibn Labi. — Transformation de l’antijudaïsme scripturaire au dix-septième siècle. — Les convertisseurs. — Les Hébraïsants et les exégètes : Buxtorf et Richard Cimon. — Wagenseil, Voetius, Bartolocci. — Eisenmenger. — John Dury. — Parenté et similitude des ouvrages antijuifs : les imitateurs. — L’antijudaïsme littéraire ancien et l’antisémitisme moderne. — Leurs affinités.


Depuis le dix-huitième siècle jusqu’à la Révolution française, nous n’avons étudié que l’antijudaïsme légal et l’antijudaïsme populaire. Nous avons vu peu à peu se constituer la législation contre les Juifs, législation canonique d’abord, civile ensuite ; nous avons dit de quelle façon la foule fut préparée en partie, par les décrets des papes, des rois et des républiques, à haïr et à maltraiter les Juifs, et combien cette exaspération du peuple, les massacres qu’il faisait, les insultes et les avanies dont il était prodigue eurent leur contrecoup sur cette législation ; nous avons montré que jusqu’au quinzième siècle, les charges pesant sur les Juifs, s’accrurent chaque an, si bien qu’à cette époque elles atteignirent le maximum et que dés lors elles diminuèrent, les articles des codes cessèrent d’être rigoureusement appliqués, les coutumes tombèrent lentement en désuétude, on fit point ou peu de lois nouvelles et le Juif marcha ainsi vers la libération.

Toutefois il est une sorte d’antijudaïsme dont