Ouvrir le menu principal

Page:Laurencin, Delaporte - Monsieur et Madame Denis.pdf/6

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Comment, ce refrain que le jardinier du pensionnat chantait ?… Ces deux bons vieux époux…


GASTON.

Mon parrain et votre tante.


NANETTE, montrant les portraits.

M. et madame Denis.


GASTON, à Lucile.

Que nous allons rejoindre… Nanette, vite, à quelque prix que ce soit, une voiture !


NANETTE.

Tout de suite.


GASTON, la retenant.

Mais avant, quelque chose pour nous réconforter, car nous en avons grand besoin.


LUCILE.

Oh ! oui.


GASTON, suivant Nanette qui se dirige vers la porte de gauche.

Ce que vous voudrez, un quartier de volaille… deux tranches de pâté… Ah ! et du vin, aussi âgé que mon vénérable parrain.


NANETTE, riant.

Bien, bien ! (Elle sort.)


Scène III.

LUCILE, GASTON.



GASTON, à Lucile pensive[1].

Cet air soucieux !… Qu’est-ce donc, chère ange ?


LUCILE.

Eh ! mais ce nouveau départ, la nuit… seuls.


GASTON, riant.

Comment, c’est pour cela ?

DUO.
––––––––Partir seule avec moi.

LUCILE.
––––––––Partir seule avec toi ?
––––––––––––Non, non !

GASTON.
––––––––––––Non, non ?
ENSEMBLE.

GASTON.
––––––––D’où vient donc cet effroi ?
  1. Gaston, Lucile.