Page:Laurencin, Delaporte - Monsieur et Madame Denis.pdf/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NANETTE, détachant les liens du sergent.
––––––––Et l’on coupe la corde !

(On dénoue les liens. L’orchestre joue l’air de la chanson de M. et madame Denis.)


NANETTE.
––––––––Silence, mes amis !

GASTON, qui a couru à la fenêtre.
––––––Oui, ce sont eux. Oh ! quelle chance !

(À Lucile, avec joie.)

––––––C’est l’heureux couple qui s’avance !

NANETTE, au militaire.
––––––Monsieur et madame Denis !

(Les soldats courent prendre leurs fusils et se mettent en rang devant la porte d’entrée.)


LUCILE.
––––––––Ah ! courons !

NANETTE, l’arrêtant.
––––––––Ah ! courons ! Mais, avant,
––––––––Il faut bien humblement
––––À nos amis demander assistance.

LUCILE, air de la chaconne.
–––––––––Ici, l’espérance
––––Nous a conduits, jeunes, aimants, joyeux ;
–––––––––Un peu d’indulgence,
–––––––Ah ! soyez tous généreux !

GASTON ET NANETTE.
––––––Nous aussi, contre le danger,
–––––––Daignez tous nous protéger.
ENSEMBLE.
–––––––––Ici, l’espérance
––––Nous a conduits, jeunes, aimants, joyeux ;
––––Les
–––––––––Un peu d’indulgence,
––––––––Ah ! soyez généreux !

CHŒUR.
––––––––Du couple qui s’avance
––––––––Imitant l’indulgence ;
––––––Ah ! puissiez-vous, messieurs, toujours,
––––––Être l’appui de nos amours !
leurs


FIN.



LAGNY. — Typographie de A. VARIGAULT et Cie.