Ouvrir le menu principal

Page:Laurencin, Delaporte - Monsieur et Madame Denis.pdf/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––De les troubler, venez !…

BELLEROSE, résistant et passant à Gaston.
––De les troubler, venez !… Eh ! la belle, un instant.

(Il frappe sur l’épaule de Gaston.)

––Pardon, bourgeois !

GASTON.
––Pardon, bourgeois ! Hein ! quoi ?

NANETTE, à la gauche de Gaston, entre lui et Lucile[1].
––Pardon, bourgeois ! Hein ! quoi ? C’est un sergent !

GASTON.
––Vous dites ?

BELLEROSE, plus fort.
––Vous dites ? Un sergent !

NANETTE.
––Vous dites ? Un sergent ! Un sergent !

BELLEROSE, très-fort.
––Vous dites ? Un sergent ! Un sergent ! Un sergent !

NANETTE, à l’oreille de Gaston, parlant dans ses mains, rapprochées en cornet.
–––––––Cet homme est à la poursuite
–––––––De deux amoureux en fuite.

LUCILE.
–––––––Des amoureux !

GASTON.
–––––––Des amoureux ! Sur ma foi,
–––––––Vous échoûrez !

BELLEROSE.
–––––––Vous échoûrez ! Et pourquoi ?

GASTON, s’animant. – Il se lève.
––––––––Ils sauront se défendre,
––––––––Comme j’eus fait jadis,
––––––––Si l’on m’eût voulu prendre
––––––––Mes amours, ma Denis.

BELLEROSE.
––––––Ne vous échauffez pas la bile.

(À Nanette.)

––––––Le bonhomme est encore vif.

GASTON, s’animant.
––––––Votre recherche est inutile !

BELLEROSE.
––––––Tout doux, vieillard rébarbatif.

GASTON.
–––––––M’arracher mon doux trésor !

BELLEROSE.
–––––––Mais non !
  1. Bellerose, Gaston, Nanette, Lucile.