Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


Partage-lui tes fleurs ainsi que tes caresses ;
Son bois gardera mieux les roses que tu tresses
Que le front de Myrto prête, hélas ! dès demain,
A s’orner d’un bouquet reçu d’une autre main.
Dans cette coupe, alors, près de quelque autre belle
Va boire un vin plus vieux à ton amour nouvelle,
J’aime aussi ta chanson ! j’entendais autrefois
Les flûtes des bergers la dire autour des bois ;
C’est d’un tel souvenir que coule cette larme.
Mais, d’un dieu je subis sans doute ici le charme,
Pour un autre est le prix, puisque autres sont les temps.
Je te l’aurais donné si j’avais eu vingt ans !