Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/72

Cette page n’a pas encore été corrigée





LES GNOMES


Les rêves sont rentrés dans leurs lointains royaumes,
Et ton foyer désert s’est peuplé de fantômes.
L’hiver évoque en toi les spectres du passé.
Nous voici, les dragons, les vampires, les gnomes !
En vain ta porte est close : à ton chevet glacé
L’essaim des noirs esprits dans l’ombre est amassé.

Vois du plafond qui s’ouvre une forme descendre,
Vois ces nains s’accroupir, à tes pieds, sur la cendre ;
Vois ces doigts tout sanglants écarter tes rideaux.
Un râle, sous ton lit, vient de se faire entendre ;
Le livre que tu tiens se déchire en lambeaux,
Et le vent d’un soupir a soufflé tes flambeaux.

Les reconnais-tu bien sous leurs formes nouvelles,
Ces folles visions que tu trouvas si belles ?
Ta main blanche a serré ces doigts courts et velus :
Les voilà, tes amours, sans que tu les rappelles !
Tu fais pour nous bannir des efforts superflus ;
Le remords nous conduit, nous ne te quittons plus.



ADAH


O frère de la mort, ô sommeil que j’envie !
Dans ma suprême attente, hélas ! tu me trompais !
Je souffre, en ton linceul, les horreurs de la vie :
Tu n’as pu me donner ni l’oubli, ni la paix.