Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/373

Cette page n’a pas encore été corrigée


Il monte ; il a touché l’étroite plate-forme.
Le voilà qui dépose, enfin, sa charge énorme.
Il respire. Il repart ; entre les hauts piliers
Il suit de la forêt les détours familiers.

Déjà, sur la colline adoucie en sa pente,
Un sentier plus battu vers le hameau serpente ;
L’homme approche, et, là-bas, sur ce tertre avancé,
Sa verte meule oscille à son pas cadencé,
Voyez ! le fenil s’ouvre et s’emplit ; l’herbe fraîche
Et les fleurs des sommets vont parfumer la crèche.
Tombe aujourd’hui la neige, et grondent les autans,
La vache rousse aura du foin jusqu’au printemps,
Et tes fils accroupis, se réchauffant sous elle,
Pourront s’abreuver tous sans tarir sa mamelle !

Retourne un jour encor, brun faucheur aux pieds nus,
Jusqu’à ces prés sans maître et de toi seul connus ;
Emmanches-y ton fer d’un bois que rien ne rompe ;
Puis, reviens. Du canton, là-bas, mugit la trompe,
Et, dans la gorge étroite où roulent des tambours,
J’entends les fantassins s’approcher à pas lourds.



CHANT DES FAUCHEURS


Au soleil levant les faux étincellent ;
La cascade en feu jette moins d’éclairs
Sous l’ardent rayon qui court dans les airs ;