Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/351

Cette page n’a pas encore été corrigée



Livre cinquième


 
Il est frappé, Konrad, sous le drapeau qu’il aime ;
Il tombe dans sa force ; et le combat suprême
Apporte au fier vaincu, fauché dans son printemps,
La belle mort qu’on rêve et qu’on cherche à vingt ans,
Qui vous prend jeune et pur, encor digne d’envie,
La mort qui doit guérir et couronner la vie.
La mort vient, mais trop lente ; au soldat resté seul
Les cadavres sanglants font un épais linceul,
Et Konrad, dans l’horreur de ce morne supplice,
Du dernier abandon vide l’affreux calice.
Pas un ami, pas même un étranger pieux
Pour soulever sa tête en lui montrant les cieux.
Nul espoir d’obtenir d’une balle plus prompte
La fin des longs tourments et des heures qu’il compte.
La neige, à travers l’ombre, en tourbillons descend
Épaisse, et va rougir sur les mares de sang.
Accourus à l’odeur, de toute la contrée,