Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/306

Cette page n’a pas encore été corrigée



Sous le fer des méchants je tombai sans blasphème.
Mais, par des coups secrets que je ne puis trahir,
J’ai souffert trop souvent des vertus elles-mêmes…
Je veux les oublier !… et crains de les haïr.



ROSA


J’ai vu répandre bien des larmes
A de pauvres yeux délaissés ;
Par le sourire, ou d’autres armes,
J’ai connu bien des cœurs blessés.

Jamais à panser une plaie
Je n’ai pleuré comme aujourd’hui !
Dieu veut, sans doute, que j’essaie
D’adoucir ta coupe d’ennui,

Pour que ton cœur, sans méfiance,
Cherche, au fond du vase de fiel,
Cette fleur de la patience
Qui manque à ta couronne au ciel.



KONRAD


Parlant du ciel ainsi, tu l’habites sans doute,
Toi dont chaque regard éclaire ma prison !
La colère en mon cœur s’endort, quand je l’écoute,
J’y sens se réveiller la voix de l’oraison.