Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/305

Cette page n’a pas encore été corrigée



Pour fuir de son cachot, mon âme n’a plus d’aile ;
Je souffre de ma nuit sans désirer le jour ;
J’admire encor le bien, mais j’ai perdu son zèle,
Et je crois à ton Dieu, mais j’y crois sans amour.



ROSA


Tu sais aimer, puisque tu pleures,
Tu sais prier, puisque tu crois !
Je viendrai, dans tes sombres heures,
T’ouvrir les deux bras de la croix.

C’est peu de souffrir sans révolte,
Sachons féconder chaque pleur ;
Aimons Dieu ! l’amour seul récolte
Les fruits semés par la douleur.

Peut-être que ta gerbe est mûre,
S’il y pleut une larme encor ;
Tu risquerais, par un murmure,
De flétrir ses mille épis d’or.



KONRAD


Il est des maux portant avec eux leurs délices,
Où des belles vertus les germes sont semés…
Nulle fleur n’éclora dans mes âpres calices ;
Leur poison m’est venu des cœurs les plus aimés.