Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mon sang a racheté tous ceux que j’ai chéris ;
Dans le salut des miens j’en ai reçu le prix…
Je te lègue, à présent, mon martyre et ma palme.



SAINTE THÉRÈSE


Dans un corps admiré cacher un cœur de flammes,
Comme un brasier trop plein sous l’or de l’encensoir,
C’est un don périlleux… tu peux le recevoir !
Tu seras belle et pure entre toutes les femmes.

Car le feu dont ta grâce embrasera les âmes
Consume en ses ardeurs tout criminel espoir ;
Qui te chérit s’enchaîne aux rigueurs du devoir,
Il apprend à servir le Dieu que tu proclames.

Et toi, tu meurs d’amour ; mais d’un amour sacré
Qu’un terrestre désir n’a jamais effleuré,
Dont nul ne troublera les extases divines.

Tu poursuis, à jamais, d’un chaste emportement,
Tu prends, ainsi que moi, pour éternel amant,
Jésus en croix, saignant et couronné d’épines.



SAINTE ELISABETH


Dieu montre à qui se perd, pour le gagner aux cieux.
Ta vertu souriante,