Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


abonde.

Laissez grandir l’enfant, laissez vieillir le vin !
Pour qu’au déclin des jours ce fils, en qui j’espère,
Verse une ardeur encore avec ce jus divin
Dans le sang rajeuni de l’aïeul et du père…
Laissez grandir l’enfant, laissez vieillir le vin !