Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/122

Cette page n’a pas encore été corrigée


J’y couvre sous mes voix discrètes
Les douces plaintes des amants.

La génisse, au bruit de sa cloche,
Conduit vers moi de gais troupeaux.
En chantant le berger s’approche
Et prend sa flûte à mes roseaux.

C’est moi qui fais tourner la roue
Du meunier conteur et malin.
Ma voix l’accompagne et se joue
Au joyeux tic tac du moulin.

A vos travaux je m’associe :
Je bats le fer du forgeron ;
Je meus l’infatigable scie
Sous le toit du vieux bûcheron.

A travers le roc et l’argile
L’eau glisse et creuse incessamment :
C’est moi, sur la terre immobile,
C’est moi qui suis le mouvement.

L’onde vierge à grands flots m’arrive,
Quand l’été ronge le glacier ;
L’écume alors blanchit ma rive
Comme la lèvre du coursier.